L'accueil légal de longue durée de personnes internées s'implante en Wallonie

L'accueil légal de longue durée de personnes internées s'implante en Wallonie

À l’initiative de Maggie De Block, la ministre de la Santé publique, un service dédié à l’accueil légal de longue durée de 30 personnes internées débute l’année prochaine au centre psychiatrique régional Les Marronniers à Tournai.

En septembre 2015, les ministres De Block et Geens ont annoncé l’ouverture d’un service pour l’accueil légal de longue durée de personnes internées au Centre psychiatrique universitaire (CPU) Sint-Kamillus à Bierbeek. Bierbeek était le premier service à disposer de cette fonction en Flandre ; celui du centre Les Marronniers sera le premier de ce type en Wallonie.

Ce service d’un genre nouveau constitue une réponse à la condamnation de la Belgique par la Cour européenne des droits de l’homme pour traitement inhumain et dégradant envers les personnes internées. L’investissement de la Santé publique et la collaboration avec la Justice apportent désormais une solution en matière de prise en charge et soins adaptés pour patients internés.

Focus sur les activités de type « occupationnel »

Le groupe de trente patients sera complètement constitué d’ici le 1er juin 2016. Les patients sont des personnes internées qui présentent un risque élevé de récidive et constituent un risque pour la sécurité de la société et des victimes. Des projets de réintégration ont échoué pour ces raisons.

Il s’agit de patients qui peuvent néanmoins vivre et fonctionner au sein d’un groupe. La compatibilité de toutes ces individualités réunies sera pour cette raison surveillée de près.

Cette unité « longue durée » ne nécessite pas la construction de nouvelles structures, les Marronniers disposant déjà d’un bâtiment sécurisé.

"La canopée" : objectif resocialisation

En dehors du périmètre sécurisé des Marronniers, le centre psychiatrique organise un tout nouveau service ciblé sur la sortie des personnes internées, ou le retour à la société. Il y aura également de la place pour trente patients dans ce contexte. Il s’agit de personnes internées qui sont « libres à l’essai ». Elles présentent très peu de risques de récidives, voire aucun, et peuvent s’intégrer dans la société sans danger.

Les patients de La Canopée sont soit des personnes internées qui proviennent d’un autre service des Marronniers, soit des personnes internées qui peuvent sortir de prison et entamer un trajet de resocialisation en son sein. Le personnel de soins les accompagne et les prépare étroitement à leur retour dans la société. Ils pourront y séjourner pendant un maximum de deux ans.

A la manière du groupe de patients internés pour une longue durée, ce deuxième groupe sera complet d’ici le 1er juin 2016.

Évaluation des projets

Les thérapies et les soins intensifs à La Canopée impliquent un surcoût de 564.000 euros par an, que la Santé publique prendra en charge. Les deux projets, le service pour l’accueil légal de longue durée et le nouveau service axé sur la resocialisation, seront évalués après un an de mise à l’épreuve.



Commentaires - 1 message
  • Bravo !

    knowingkloo samedi 19 décembre 2015 08:13

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.