"Petite victoire" pour le secret professionnel des CPAS !

Ils ont remporté une bataille, mais pas encore la guerre. Le vote qui devait confirmer la levée partielle du secret professionnel dans les CPAS a été reporté. Des amendements ont été ajoutés au texte de la proposition de loi et seront analysés par le Conseil d’Etat.

La manifestation de jeudi après-midi a porté ses fruits. Le RWLP et Ecole en Colère, les associations organisatrices, sont persuadées que leurs multiples protestations ont permis de repousser, un peu, la levée du secret professionnel dans les CPAS. Ils parlent de « petite victoire » et appellent tous les opposants à la mesure à « continuer le combat ».

« Savourons et continuons... Pour gagner ! »

Selon les dernières estimations, ils étaient au moins 800 à manifester devant le Palais de Justice de Bruxelles. Tous espéraient faire entendre leurs voix en criant « Pas touche à mon secret professionnel », « Le silence a du sens » ou encore « Vie privée en danger ». Et cela semble avoir fonctionné. Sur l’événement Facebook de la manifestation, Ecole en Colère écrit : « Nous confirmons que des demandes d’amendements ont été soutenues par une grande partie de l’opposition (même le CDH !), la proposition de loi est renvoyée au Conseil d’Etat et le vote est donc reporté. Le combat continue ! » Le RWLP partage l’enthousiasme : « C’est une petite victoire. La pression des acteurs rassemblés a pesé. Savourons et continuons... Pour gagner ! »

Une pétition est lancée

Quelques jours avant la manifestation, une pétition a été lancée par des étudiants assistants sociaux de Charleroi pour supprimer le projet de loi sur la levée du secret professionnel. « Nous espérons que la voix du peuple sera entendue et écoutée, car c’est le fondement de la démocratie. Nous ne voulons pas de demi‐mesure, nous ne voulons pas de cette loi, ni du monde que l’on tente de nous imposer », écrivent-ils pour justifier la pétition. Cette dernière atteint actuellement près de 900 signatures, mais les initiateurs en espèrent bien plus. Ce qui ne devrait pas s’avérer trop compliqué étant donné que la lutte reprend de plus belle.

La rédaction

[À lire]

- CPAS : ultime offensive des défenseurs du secret professionnel
- Levée du secret professionnel... Le temps est compté !
- CPAS : les défenseurs du secret professionnel s’apprêtent à manifester
- CPAS : le recteur de l’ULB réagit
- CPAS : le père d’une victime des attentats répond au recteur de l’ULB
- CPAS et secret professionnel : Charles Michel répond au recteur de l’ULB
- CPAS et secret professionnel : lettre ouverte du recteur de l’ULB
- CPAS : le secret professionnel tire sa révérence
- CPAS : les défenseurs du secret professionnel retiennent leur souffle
- Les fédérations des CPAS se battent contre la proposition de loi de la N-VA
- CPAS vs terrorisme : La N-VA veut lever le secret professionnel



Commentaires - 2 messages
  • Pas de délation , nous sommes des AS et non des indicateurs

    Bh lundi 20 février 2017 09:15
  • Je doute que la personne qui veuille commette un crime, un attentat va aller le crier sur tous les toits et qu'il va en parler en entretien, surtout qu'il sait que l'AS a un chef de service et qu'il travaille toujours dans une institution.
    De plus, depuis que tout le monde en parle,.. les auteurs potentiels qui ont envisagé de commettre un méfait, sont au courant et vont changer d'avis, si pas, de stratégie.
    D'ailleurs, les journalistes et la Police l'ont relaté, au lieu de mettre une bombe dans une station de métro, dans un aéroport, Daesh commandite des assassinats de 2-3 personnes par ci, par là... Cela a moins d'impact psychologique sur la population que 200-300 personnes visées par une bombe...
    Donc, réviser cette loi est douteux.
    C'est dans les mosquées, les écoles, centres culturels musulmans et islamiques qu'il faut investiguer....

    Nanren jeudi 23 février 2017 09:12

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.