L'animation, un moteur de vie qui s'épuise

L'animation, un moteur de vie qui s'épuise

Les animateurs n’animent plus par passion et entrent dans un système de monotonie.

L’animation créée un lien entre l’animateur et le public qu’il encadre. C’est l’instant unique où on embarque l’autre dans un univers construit et modelé pour un plaisir commun.Animer, c’est permettre à la vie de s’épanouir en brisant des barrières invisibles mais présentes.. Or, je remarque que plus les années passent et plus la passion des animateurs s’effondre. Lorsqu’ils débutent leur métier, ils sont à fond dans ce qu’ils entreprennent. Et lorsque la pratique devient aisée, ils ne cherchent plus la nouveauté. Ils restent sur leurs acquis. L’animateur devient indifférent et ennuyeux. L’animation se meurt. Il ne donne plus la vie, il engendre l’ennui !

- Educateur spécialisé… oui, mais spécialisé en quoi ?
- Les termes pédagogie active ne peuvent être une appellation à la mode
- Accompagnement individuel en Maison de Jeunes

À cet instant, le problème s’installe. Les animateurs me diront qu’ils ne sont pas toujours responsables. Mais même s’ils sont mis au courant, qu’ils savent qu’ils doivent se remettre en question, je peine à voir la tendance s’inverser. Que se passe-t-il donc ? Comment est-il possible de perdre cette énergie, cette transmission de vie aux autres ?

Je tiens à être précise. Par animateur, je parle de celui qui met de la vivacité et de l’entrain dans quelque chose. En tant qu’éducatrice, l’animation est l’outil majeur de mon travail. Là où l’animateur voit de la simple occupation, j’y vois de l’échange social et de l’interaction continue. Mais nous ne sommes pas les seuls à produire de l’animation. Un logopède, un kinésithérapeute, un psychologue ou même un médecin peut, un jour, avoir besoin de l’animation dans la pratique de son métier. Le secteur de l’animation s’étend sur plusieurs domaines : les établissements d’accueil d’enfants et d’ados, le milieu hospitalier, les maisons de retraite... Nous travaillons avec l’humain et le vivant. L’objectif principal de l’animation est de garder cette vie active.

Tout le monde peut devenir animateur, mais tous les animateurs ne font pas de la véritable animation. Le secret du moteur : de la motivation et de l’intérêt à la fois dans l’animation à donner et envers le public qu’elle concerne. Il faut arriver à créer une étincelle pour faire rêver, à créer une passion pour chasser les mauvaises pensées, à créer un moment de liberté et d’évasion. En les regardant faire, je constate que les animateurs deviennent de simples consommateurs d’activités et n’en sont plus les acteurs, ni les créateurs. Tu veux de l’occupation ? Je pioche dans mes fiches et tu choisis. Point… Sans motivation en soi, l’animation devient un véritable ennui. Et sans intérêt, à quoi bon perdre son temps et celui des autres ?

L’ennui est notre pire ennemi ! L’empathie et les émotions permettent à l’animateur de se mettre en condition. Or, nous sommes parfois confrontés à des histoires sociales ou personnelles difficiles. Le passé de tous n’est pas rose, j’en conviens. Il faut un mental fort pour arriver à gérer, surtout que nous ne sommes pas toujours formés, ni préparés à affronter de telles situations. Construire une animation demande également du travail, du temps et de la patience. Sans oublier les contraintes budgétaires. Au fur et à mesure, cela peut engendrer du dégoût chez l’animateur ou tout simplement la peur de ne pas être à la hauteur de ce qu’il espérait.

Malgré les remarques, les critiques et les mises en question, je constate que certains animateurs ne changent pas leur méthode alors que celle-ci a perdu tout dynamisme. À quoi bon continuer ? Pourquoi s’enliser ? Sans doute la faute au cliché de l’animateur des jeunes enfants, un domaine de « deuxième chance » où je les compte bien trop nombreux. Rappelons-le, l’animation touche également les adultes. Sauf qu’il est plus facile de plaire aux enfants que de raviver les intérêts perdus d’un adulte. Le défi est là. On le dit insurmontable. Je ne suis pas d’accord. Tant que la créativité et la motivation sont présentes, animer est un art à modeler et à façonner. Qui que l’on soit et qu’importe le public ciblé.

L’Educ Touche-à-Tout

[A lire] :
- Les travailleurs psycho-médico-sociaux peinent à se (re)lancer sur le marché du travail
- Bataille : éducateurs et ergothérapeutes en maison de repos et de soins
- Trop peu d’espaces CANTOU en Belgique !



Commentaires - 1 message
  • Chouette article! Garder l'enthousiasme, dans sa profession comme dans sa famille, c'est garder la vie...

    druYdeu dS vendredi 18 août 2017 10:00

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.