Le jeu de rôle : pour qui, pourquoi, comment ?

Le jeu de rôle : pour qui, pourquoi, comment ?

Le jeu de rôle s’invite dans la plupart des formations actuelles. Une mode à l’emporte-pièce ou une façon d’apprendre particulièrement efficace ?

Le jeu de rôle a le vent en poupe. Il permet effectivement une pédagogie qui alterne théorie et pratique et, même, une expérimentation pratique de la théorie. Le levier est efficace et motivant, les apprentissages sont au rendez-vous. A condition d’exploiter les résultats après et, bien sûr, de faire le lien avec la théorie.

Une autre façon d’apprendre

Le jeu de rôle offre la possibilité de sortir de la sphère intellectuelle ou, en tout cas, de faire participer le corps et les émotions à l’apprentissage visé. La magie du « on disait que », zone intermédiaire, transitionnelle, le plaisir du « faire semblant », bien à l’abri du cadre, permettent d’expérimenter de nouvelles façons de faire tout en s’amusant. Un peu comme l’enfant qui joue le plus sérieusement du monde, pour penser ce qui l’entoure. En outre, le caractère interactif permet une co-construction des apprentissages et un ancrage plus efficace des savoirs.

Une participation requise, une motivation renforcée

L’implication personnelle des participants est un autre atout des jeux de rôle. Parfois mal à l’aise ou timide, souvent amusé, l’acteur en herbe sera happé par les exigences de l’exercice : son attention sera soutenue, sa motivation renforcée. Il aura ainsi l’occasion d’explorer d’autres façons de faire et de développer un nouveau savoir mais sans le risque y associé. Ceux qui regardent apprendront aussi, le « public » attentif profitera également de ce qui se joue sous ses yeux.

La place de l’autre

La réversibilité des positions, leur mise en tension et la souplesse psychique requise par les exercices seront également très intéressants. Dans le jeu de rôle, chaque acteur peut expérimenter les deux côtés d’une même relation et véritablement « tester » la place de l’autre : un médecin peut jouer le patient, un employé son patron, …

L’importance du cadre

L’importance du cadre du jeu est cruciale. Il s’agit d’instaurer des règles pour sécuriser les participants (respect, confidentialité) et pour créer une sorte de peau groupale a minima. Les plus timides ou les plus réticents pourront alors profiter de ce temps d’apprentissage sans se sentir en danger ou en inconfort trop important. Et, une fois la première appréhension dépassée, le plaisir sera souvent au rendez-vous.

Ne pas se tromper de but

Il est tout aussi important de bien faire la différence entre une visée formative ou thérapeutique. Dans le premier cas, celui qui nous occupe, cette visée doit être clairement rappelée : il s’agit de construire des connaissances plurielles en mettant le groupe, le corps et l’émotionnel dans le processus d’apprentissage. Rien de plus.

Le rôle du formateur

Enfin, il appartiendra au formateur de conduire le groupe avec doigté et dextérité, pour faciliter les échanges mais aussi pour cadrer ce qui se passe et gérer les éventuelles tensions, pour tenir compte des résistances en jeu, et pour accueillir et ventiler les conséquences émotionnelles possibles. L’expérience en la matière est donc indispensable, tout comme une attitude respectueuse.

DB, psychologue

[A lire] :
- La relation soignant-soigné
- Passage à l’acte et acting out, une distinction capitale dans la pratique clinique
- Psy et coach, deux casquettes qui se complètent ou qui s’opposent ?
- Vous avez dit Pleine Conscience ?
- De l’utilité des projets pilotes dans le paysage institutionnel
- La blouse blanche, un « costume » particulier…
- La place du psychologue dans la formation des jeunes adultes
- Là où ne mène aucune échelle : les entretiens libres
- Aménager un cabinet privé, bien au-delà de la déco…
- Le dossier "psy" : une affaire de transparence et de confidentialité



Ajouter un commentaire à l'article




Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.