Le Plan Alcool national n’est pas encore près de voir le jour

Le Plan Alcool national n'est pas encore près de voir le jour

Ce lundi à la Commission interministérielle santé publique (CIM Santé), le débat sur le Plan Alcool national (PANA) devait être relancé par la ministre bruxelloise de la Santé, Cécile Jodogne. Mais Maggie De Block, ministre fédérale de la Santé vient de retirer le PANA de l’ordre du jour de la CIM Santé. Encouragé par les Communautés et les Régions, mais ralenti par le Fédéral, le Plan alcool n’est pas encore près de voir le jour.

Vendredi, Cécile Jodogne s’est exprimée lors de la présentation des contours du futur Plan Santé bruxellois. Au cours du débat qui a suivi, une question sur les liens entre ce futur Plan Santé et le Plan Alcool national fut posée. La ministre, depuis l’assistance, s’est tout de suite exclamée : « Vous tombez à pic ! » Non pas parce que les 2 dossiers sont liés, mais parce que le débat autour du Plan Alcool national devait justement être relancé ce lundi à la CIM Santé. Avec aux commandes, Maggie De Block qui a, quant à elle, annoncé sa volonté de mettre en place des mesures en matière d’alcool – jugées insuffisantes par son homologue bruxelloise - sans pour autant les inclure dans un Plan national.

Réunion préparatoire

Il y a 15 jours a eu lieu une réunion préparatoire avec les collaborateurs en charge de définir les objectifs du futur PANA. Au cours de cette rencontre - préparation à la commission interministérielle de ce lundi- les échanges entre les entités fédérées et la ministre De Block n’ont rien auguré de bon quant à la possibilité d’un accord. Il est donc plus que probable que les négociations n’aboutissent à aucun Plan Alcool digne ce nom. D’autant plus que Maggie De Block aurait retiré le point relatif au PANA de l’ordre du jour de la CIM Santé de ce 27 mars. Un énième blocage qui vient s’ajouter aux multiples refus essuyés par le passé.

Des mesures insuffisantes

Les mesures avancées par Maggie De Block lors de cette réunion sont clairement jugées insuffisantes. Cette dernière souhaite imposer des règles plus claires pour la vente d’alcool aux jeunes âgés entre 16 et 18 ans, davantage de contrôles sur les distributeurs automatiques de boissons alcoolisées et une surveillance publicitaire plus stricte des produits alcoolisés à destination des mineurs d’âge. Des dispositions qu’elle appliquera avec ou sans accord sur le PANA. « Je n’attends plus que chacun appose sa signature sur un texte final. Je mets en œuvre les mesures qui relèvent de mon domaine de compétence et j’y ajoute également de nouvelles mesures. J’espère que les autres niveaux de pouvoir prendront également leurs responsabilités », a affirmé la ministre dans un communiqué. Des responsabilités que les entités fédérées auront bien du mal à assumer puisqu’elles ne sont pas compétentes pour imposer les dispositions qu’elles souhaiteraient mettre en place en la matière.

L’offre et la demande

La fixation des prix, la loi autour du degré d’alcoolémie et les limitations publicitaires sont les 3 aspects clés que le Fédéral devrait modifier pour que l’offre vienne compléter la demande. « À l’heure actuelle, de nombreuses actions sont déployées en termes de demande ; c’est à dire dans la prévention, le curatif... Donc, sur le travail qui se fait en aval sur les personnes dépendantes. En ce qui concerne l’offre, il n’y a aucune avancée. Et c’est pour cela que nous luttons pour que le Plan Alcool national soit enfin scellé », clarifie la ministre Jodogne.

Rétroactes

Le Plan Alcool national se négocie depuis près de 10 ans, mais aucun accord entre le Fédéral et les entités fédérées n’a encore été trouvé pour le concrétiser. En 2013, le PANA 2014-2018, pourtant bien ficelé, n’a pas été adopté faute d’accord politique. Il avait été bloqué par l’Open VLD, arguments économiques à l’appui. En octobre dernier, le scénario s’est répété, toujours à cause de l’opposition des libéraux flamands. 6 mois plus tard, ces derniers ne semblent toujours pas prêts à changer leur fusil d’épaule...

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.