Une nouvelle plateforme web pour l’EVRAS

Une nouvelle plateforme web pour l'EVRAS

Travailler l’Éducation à la Vie Relationnelle Affective et Sexuelle (EVRAS) n’est pas toujours évident. Sida’sos a créé une plateforme numérique afin de mettre des ressources à disposition des professionnels. www.evras.be est un site web pour professionnels et intéressés qui propose outils, actus, témoignages et ressources variées.

L’EVRAS (prononcez « évrasse ») a toujours été une question sensible. Elle est d’une part liée à notre intimité et aux tabous que notre société entretient autour de la sexualité. D’autre part l’EVRAS touche la question de la santé et du bien-être physique. Enfin, il est aussi question de notre identité et de nos choix de vie, mais également d’acceptation des différences et des valeurs de chacun. Quel que soit le secteur, l’EVRAS est toujours une nécessité pour laquelle les travailleurs sont souvent insuffisamment (in)formés.

Y’en a pour tout le monde

En fonction des caractéristiques du public rencontré, il est nécessaire d’aborder certaines thématiques en priorité et surtout d’avoir un discours et un vocabulaire adaptés. Pour ce faire, evras.be renvoie vers les catalogues d’outils de 5 Associations. Plusieurs centaines d’outils et de pistes se retrouvent dans ces catalogues pour mettre en place l’EVRAS avec les groupes visés. Evras.be c’est aussi des liens vers des données, de la documentation et des partenariats potentiels. Si de prime abord evras.be peut laisser penser qu’il s’adresse aux jeunes par le biais des écoles, ce n’est pas exclusif. En effet, les associations qui y sont représentées sont ouvertes à toute collaboration et le principe même de cette plateforme est de pouvoir être une ressource tant pour ceux qui savent ce qu’il cherchent que pour ceux qui espèrent trouver une piste d’intervention ou encore mettre à jour leurs connaissances et compétences.

Pour parler d’EVRAS

Il ne faut pas se leurrer, les écarts générationnels, les différences de statuts, l’évolution de la science, des mœurs et des valeurs sont des freins à la capacité des professionnels à être en phase avec leur public dès que l’on parle d’intimité, d’IST, de sexualité et des questions d’identité sexuelle. Lorsque les professionnels ont des croyances ou des valeurs personnelles qui posent des tabous ou des restrictions en matière de sexualité, cela se complexifie encore plus. S’appuyer sur des outils et des formations élaborés par les premiers concernés permet de prendre du recul en tant que personne. Il est fréquent de voir les débats touchant à la sexualité et à l’intimité piratés par les représentations et les stéréotypes des travailleurs.

Un sujet primordial

Qu’il soit question d’inégalité entre genre, d’orientation sexuelle, d’identité sexuelle, de réduction des risques, de prévention ou simplement d’information, les questions liées à la sexualité et à l’intimité sont souvent délicates à aborder. Malgré des discours qui se veulent tolérants ou libérés, il faut constater que de nombreux travailleurs ont des difficultés à dépasser leurs propres stéréotypes dans ce domaine. De plus certains d’entre eux ont des informations qui datent de plusieurs années voire décennies. Nous ne pouvons pas faire l’économie des débats liés à la vie relationnelle, sexuelle et affective que ce soit pour défendre le droit à la différence, pour des raisons de santé public ou pour réduire les inégalités entre personnes.

Sida’sos

Porteuse du projet, Sida’sos est une Organisation de Jeunesse dont l’origine se trouve dans la recrudescence des infections sexuellement transmissibles (IST), mais qui a largement dépassé cette problématique. Bien que la prévention des IST reste sa mission principale, Sida’sos a su faire sa place parmi les opérateurs incontournables de l’EVRAS et de ce qui y a trait (orientation sexuelle, question des genres, identités sexuelles et toutes les discriminations qui y sont liées). Sa réussite, au-delà de l’implication et de la disponibilité de ses travailleurs, tient certainement à sa politique : « D’une (in)formation pour les jeunes, par les jeunes ». Cette politique lui permet de rester actuelle, années après années et de sans cesse proposer des actions qui collent à la réalité des jeunes.

Mon expérience

J’ai eu la chance de rencontrer Sida’sos très tôt et de m’être souvent appuyé sur eux pour travailler l’EVRAS avec mes publics. Outre une ressource et un soutien systématique, le fait d’utiliser des outils réalisés par des jeunes m’a permis de ne pas rester bloqué avec mes représentations et avec mes acquis. De plus, ce type de partenariat me permettait aussi d’avoir un relais pour certaines questions qui ne pouvaient pas se discuter avec moi ou pour lesquelles je manquais de connaissances ou de compétences. Aujourd’hui, Sida’sos est un soutien dans la création d’outils pédagogiques adaptés.

Site de l’Éducation à la Vie Relationnelle, Sexuelle et Affective : www.evras.be

Sida’sos : www.sidasos.be

CARTERON Perceval. Éducateur.

Erratum

Dans l’article, Sida’sos est décrite comme porteuse de la plateforme evras.be. Il s’agit d’une erreur, le projet est à l’initiative de la fédération laïque de centres de planning familial et sida’sos est partenaire dans la mise en place de la plateforme et membres du comité de pilotage, la fédération pluraliste des centres de planning familial est le troisième partenaire faisant partie de ce comité.

Je présente donc mes excuses aux personnes impliquées et aux lecteurs pour cette erreur.

- Site de la fédération laïque de centres de planning familial : https://www.planningfamilial.net/
- Site de la fédération pluraliste de centres de planning familial : http://www.fcppf.be/v2/



Ajouter un commentaire à l'article




Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.