L'AVIQ, une question de vie et de santé !

L'AVIQ, une question de vie et de santé !

Maxime Prevot, Ministre wallon de la Santé et de l’Action sociale, a présenté hier la nouvelle Agence wallonne de la Santé, de la Protection sociale, du Handicap et des Familles. L’AViQ, l’Agence pour une Vie de Qualité, verra le jour en janvier 2016.

Situé à Charleroi, le siège principal de l’AViQ, qui verra le jour le 1er janvier prochain, emploiera à termes près de 800 personnes. Cette Agence sera composée d’une centaine d’agents issus de l’administration wallonne de la Santé, d’environ 25 agents provenant de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de 250 agents venant du fédéral et du personnel de l’AWIPH (400 agents). Dès que l’ensemble des compétences concernées seront complètement régionalisées, le budget de l’AViQ représentera environ 4,4 milliards €, soit 1/3 de l’ensemble du budget de la Wallonie !

Suite de la 6e réforme de l’Etat

L’AViQ voit le jour dans le cadre de la 6ème Réforme de l’Etat et aux accords de la Sainte-Emilie. De nombreuses compétences en matière de Santé et d’Action sociale sont en effet transférées aux Régions, marquant ainsi un tournant majeur dans la gestion des mécanismes de protection sociale belge. Des matières essentielles et qui touchent directement le citoyen, d’où l’enjeu d’un transfert efficace et cohérent. Afin que celui-ci se fasse le plus harmonieusement possible, en concertation avec les secteurs concernés et sans répercutions négatives pour la population, un organisme d’intérêt public (OIP) autonome avait été préalablement créé pour gérer les compétences de la santé, du bien-être, de l’accompagnement des personnes âgées, du handicap et des allocations familiales. L’AViQ s’inscrit donc dans cette contuinité.

Simplifier pour mieux fonctionner

Les politiques concernées sont aujourd’hui éclatées entre le niveau fédéral, la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Wallonie. Et dans chaque niveau de pouvoir, entre plusieurs administrations et organismes d’intérêt public. Au-delà du transfert de compétences, il importe également d’assurer une plus grande cohérence et une réelle simplification des mécanismes de protection. Afin de simplifier ces instances, le Gouvernement wallon a décidé de créer une seule Agence wallonne qui établira des synergies entre l’ensemble des matières qu’elle gérera afin de répondre au mieux aux besoins des citoyens.

3 matières sensibles et cruciales pour le citoyen

L’Agence wallonne de la Santé, de la Protection sociale, du Handicap et des Familles est chargée de mener des politiques majeures :

en matière de bien-être et de santé : le remboursement de prestations de sécurité sociale en santé en maison de repos et de soins, l’organisation de la première ligne d’aide et de soins, la prévention et la promotion en matière de santé, les aides à domicile.

celle du handicap : l’aide à l’aménagement du domicile, le financement des politiques d’emploi, les politiques relatives à l’accueil et l’hébergement des personnes handicapées, la sensibilisation et l’information en matière d’handicap.

les allocations familiales : la définition des prestations d’allocations familiales principalement, la gestion des budgets et le contrôle des caisses y afférant, …

Autonomie et synergie

Ces trois branches spécifiques « bien-être et santé », « handicap » et « familles » gèreront de manière autonome leur budget respectif et développeront des synergies au travers de commissions transversales. Ce sera par exemple le cas au sein de la commission qui gérera les budgets relatifs à la couverture de prestations ou de services de l’assurance autonomie, mais aussi les questions de grande dépendance ou encore de prévention et de promotion de la santé. S’appuyant sur le bon fonctionnement des institutions de sécurité sociale au fédéral et en collaboration avec les acteurs paritaires, l’Agence conservera les bonnes pratiques acquises en plus de 50 ans de gestion de la sécurité sociale.

Organe de concertation

L’AVIQ devrait aussi constituer un maillon important de l’organe de concertation prévu entre la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Wallonie et la Commission communautaire française relatif à la concertation intra-francophone en matière de santé et d’aide aux personnes. Cette concertation sera primordiale pour mener à bien des politiques cohérentes à destination des francophones.

Bonne gouvernance

Les rôles d’opérateur et de régulateur dans les mécanismes de gestion et de contrôle des matières concernées par l’Agence devront être séparés. Le Ministre affirmant que la création de l’Agence est aussi l’occasion d’insuffler de nouveaux principes de gouvernance. Dans un objectif de meilleure maîtrise des moyens budgétaires, l’Agence sera contrôlée par diverses instances (conseil de monitoring financier et budgétaire, comité d’audit indépendant, procédure d’évaluation) et aucun jeton de présence ne sera octroyé aux membres des différents organes de gestion de l’Agence.

Un nom étrange !

D’aucun s’interrogent déjà sur le nom de cette nouvelle agence, un tantinet étrange. Le cabinet Prevot explique qu’il s’agit d’un nom porteur de sens, à savoir : une Vie de Qualité, dont l’acronyme est AViQ. Cette dénomination entendrait également démontrer que c’est la population dans son ensemble qui est concernée par les politiques gérées par l’Agence. La plupart de ces mécanismes de protection proviennent de la sécurité sociale et non de l’assistance sociale.

Sandra Evrard



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.