Les crèches peuvent continuer à utiliser le wi-fi

Les crèches peuvent continuer à utiliser le wi-fi

Joëlle Milquet, la ministre en charge de l’Enfance en Fédération Wallonie-Bruxelles, a décidé de ne pas s’aligner sur la mesure récemment adoptée en France et, qui vise à interdire le wi-fi dans les crèches et milieux d’accueil pour les enfants de moins de trois ans.

La ministre centriste était interrogée sur cette initiative, ce jeudi, en commission par la députée Véronique Salvi (cdH). Elle a souligné que selon le Conseil supérieur de la Santé (CSS), aucun risque n’a pu être démontré pour la santé en cas d’utilisation d’ondes wi-fi dans les structures pour enfants de moins de 3 ans. Joëlle Milquet a ensuite ajouté que : « dans le doute il convient de prendre des mesures de précaution pour les femmes enceintes et les jeunes enfants. »

Le wi-fi désormais « non grata » dans les crèches françaises

Début février, en France, une loi sur l’exposition aux ondes électromagnétiques a été approuvée au Parlement. Le texte prévoit notamment le bannissement de bornes wi-fi dans les crèches et garderies du pays. D’autres mesures allant dans ce sens devraient également s’appliquer aux écoles maternelles.

La France est le premier pays à approuver une telle loi, même si dans d’autres villes, à l’instar de Gand, l’internet sans fil est banni depuis longtemps des crèches et des écoles maternelles, comme l’a fait remarquer la VRT. Le gouvernement bruxellois a quant à lui diminué à 4 volts par mètre la norme de rayonnement des pylônes d’antennes.

Impact du wi-fi sur la santé pas établi

Notez encore que pour l’heure, les différentes études menées n’ont pas pu démontrer qu’utiliser un GSM ou qu’habiter à proximité de pylônes d’antennes et de bornes wi-fi provoque des tumeurs ou d’autres maladies.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.