Bru-Stars, le nouveau né suite à la réforme des soins de santé

Bru-Stars, le nouveau né suite à la réforme des soins de santé

En juin 2016, suite à la réforme des soins de santé, le projet Bru-Stars démarre son activité avec la mise en route des nouvelles équipes mobiles. Une année après son lancement, faisons le point avec le Docteur Anne François, l’une des pédopsychiatres de l’équipe mobile Bru-Stars.

La réforme des soins de santé au niveau de la clinique infantile et adolescentaire débouche sur un nouveau projet, Bru-Stars, dont le fer de lance est la création des équipes mobiles pédopsychiatriques. Celles-ci interviennent auprès des enfants, des adolescents et des familles, à la demande des professionnels, que ce soit dans leur environnement familial, au sein de leur milieu scolaire ou institutionnel. Pour répondre à une demande du terrain, ces équipes s’impliquent également dans des situations avec des jeunes adultes de 18 à 23 ans. Création d’un nouveau dispositif d’aide ambulatoire et hospitalier

Le Dr. A. François nous explique que « les hopitaux ont reçu des moyens supplémentaires en échange de leur équipes mobiles pour faire fonctionner des « lits de crise » . Ceux-ci sont mis à disposition du réseau . Ces équipes ont été crées pour répondre à un besoin de plus en plus important de jeunes et de famille démunis, pour lesquels il faut bien souvent travailler dans l’urgence, avec peu de moyens ». Le Dr. A. François souligne que « l’idée est d’optimaliser l’offre de soins et de tirer parti un maximum de l’offre de chaque partenaire, dans un souci de collaboration ».

Objectifs des équipes mobiles de Bru-Stars

Les nouvelles équipes mobiles ont pour but d’apaiser les tensions liées à une situation de crise vécue par l’enfant ou l’adolescent et sa famille. Le Dr. A. François explique que « les équipes mobiles viennent coordonner, relancer les partenaires existants et mettre du lien. Elles s’insèrent dans l’offre déjà existante et visent à optimaliser la collaboration et l’accessibilité aux soins . Elles tentent de répondre aux besoins qui jusqu’à présent n’étaient pas couverts ». Les équipes mobiles interviennent rapidement (endéans les 48h à 72h) dans les situations de crise pour une durée de maximum 3 mois. Elles soutiennent également les jeunes et leurs familles dans des situations où l’intervention est de longue durée, il s’agit d’un mandat de maximum une année, renouvelable une fois. L’offre ne vise pas que les 0-18 ans, mais se prolonge jusqu’à 23 ans et ceci afin de soigner le relais à mettre en place vers les structures s’occupant des adultes.

Les équipes mobiles, un travail de réseau

Les équipes mobiles travaillent toujours en étroite collaboration avec les acteurs de première ligne de soins, à savoir le médecin généraliste, la médecine scolaire, les centres PMS, les institutions… Il est impérativement demandé au mandant de rester dans la situation car les équipes mobiles n’interviennent que pour une durée limitée. Le Dr. A. François explique que « les équipes mobiles viennent soutenir le réseau existant, en aucun cas s’y substituer ».

Le partenariat avec les Services de Santé Mentale (S.S.M)

De manière conjointe au lancement du projet, des permamences d’accueil pour l’évaluation des situations de crise ont vu le jour dans les S.S.M. Il s’agit pour les équipes mobiles de Bru-Star d’accompagner une famille en crise vers un S.S.M pour réfléchir ensemble aux soins à proposer au patient. Le Dr. A. François remarque que « ce dispositif se relève actuellement difficile à mettre en place dans la pratique. Par exemple, une école du sud de Bruxelles contacte Bru-Stars, mais elle est reçue par un SSM au nord de Bruxelles, de permanence au moment de la demande. Il est évident que cela a peu de sens en termes de continuité de soins. Les membres du CRE (comité réseau exécutif) et les membres de l’équipe de Bru-Stars réfléchissent actuellement à mettre en place un autre dispositif plus pertinent au niveau clinique, en respectant la territorialité et les spécificités de tout un chacun. »

Les lits de crise

Il s’agit de lits d’hospitalisation destinés à accueillir des jeunes pour une durée de 5 jours, renouvelable une fois. Le Dr. A François souligne « qu’on ne sort pas d’une crise en 10 jours mais ce dispositif permet à chacun des membres de la famille de souffler, de s’apaiser. En outre, ce délai offre aux intervenants la possibilité de mobiliser le réseau et de répondre au mieux à ce qui provoque la crise en sollicitant les instances, les soignants les plus aptes à aider le jeune et sa famille. »

Et concrètement…

Aujourd’hui, Bru-Stars réalise ses premiers pas, en répondant aux demandes du terrain. De nombreuses choses restent encore à construire. Le travail de rencontres avec le réseau, avec les partenaires se poursuit afin d’offrir le meilleur maillage thérapeutique aux patients. Le Dr. A. François note « qu’actuellement, l’équipe compte 9 et demi équivalents temps-plein. Lorsque l’équipe sera au complet, Bru-Stars employera 30 équivalents temps-plein. Il y a donc encore du personnel à engager pour venir renforcer différents pôles. Ces engagements permettront de développer tous les secteurs d’activités prévus par la nouvelle réforme. Bru-Stars, ce n’est pas que les équipes mobiles, d’autres émanations de la réforme des soins de santé doivent encore voir le jour. »

V.B, psychologue clinicienne

[A lire]

- Je voulais devenir famille d’accueil, mais n’ai pu être que psychologue
- Formateur ou gourou ?
- La co-intervention dans le travail thérapeutique
- Miroir sans tain et filmer les entretiens, des outils pour qui ?
- Recherche ou clinique… il faut trop souvent choisir !
- Quand les bouffées d’oxygène disparaissent
- Hôpital pédopsychiatrique : durée de séjour maximum 3 ans !
- Parent’aise, un nouveau lieu d’accueil dans les Marolles
- S’expatrier en tant que psychologue, une aventure...
- Quand le psy et le judiciaire se rencontrent, quels enjeux autour d’une expertise ?
- Quand une équipe psychosociale se lance dans l’organisation d’un colloque… Défi ou folie !
- Le travail thérapeutique avec un interprète, un véritable défi
- Trisomie 21, vers quel enseignement s’orienter ?
- Psychologue et éducateur... Deux visions d’une même réalité ?
- Institution d’Aide à la jeunesse... 18 ans et après ?
- Le remboursement des soins de logopédie, réservé à l’élite intellectuelle ?
- Un an après… Du sentiment d’inutilité à la réflexion
- Ouverture d’une antenne de l’équipe SOS enfants-ULB
- MGF : lancement de la plate-forme européenne UEFGM



Ajouter un commentaire à l'article




Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.