De meilleures prises en charge des MENA

De meilleures prises en charge des MENA

Avec la crise migratoire engendrée par les conflits internationaux, la Belgique a dû faire face à l’afflux de réfugiés. Dont les mineurs non-accompagnés. De 2016 à 2018, la Fédération des CPAS s’est lancée dans un projet MENA, en vue d’offrir aux professionnels en charge de ces publics, des outils de bonne prise en charge. Cadre théorique, interview de terrain des associations œuvrant au quotidien pour ces mineurs étrangers non-accompagnés, Brulocalis en a fait un dossier.

Suite à la crise des réfugiés qu’a connue l’Europe en 2015 et grâce à un soutien de la Fondation Roi Baudouin et d’EPIM (European Programme for Integration and Migration), la Fédération des CPAS Bruxellois s’est lancée dans un projet de deux ans (2016-2018) sur la thématique des Mineurs Etrangers Non Accompagnés (MENA).

En effet, en 2015, la Belgique avait été impactée par une arrivée massive de MENA : sur les 5.047 identifiés cette année-là, pas moins de 3.099 avaient introduit une demande d’asile, ce qui représentait une hausse de 538 % par rapport aux 486 demandes équivalentes introduites en 2014.

Le projet MENA 2016-2018 de la Fédération des CPAS Bruxellois, programme varié devant permettre aux CPAS d’appréhender en toute sérénité une demande d’aide formulée par un MENA, a été pensé par un Comité de pilotage composé par la Fédération elle-même mais également par l’ILA MENA du CPAS de Watermael-Boitsfort, la Plate-forme Mineurs en Exil, l’asbl Mentor-Escale et le CEMO.

Dossier :

- MENA : le contexte - par Katja Fournier, plate-forme Mineurs en exil
- Le défi des 6 mois : interview de l’ILA de Watermael-Boitsfort
- Mentor-Escale accompagne ldes MENA jusqu’au contact avec les CPAS : interview de Mentor-Escale



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.