Et vous, votre société, avec ou sans service public ?

Et vous, votre société, avec ou sans service public ?

Si les services publics font souvent l’objet de plusieurs critiques (fondées ou non), ils n’en demeurent pas moins qu’ils occupent une place centrale dans notre société actuelle. Doivent-ils faire l’objet d’une totale refonte ? Présence et Action culturelle lance une campagne d’informations et de sensibilisation. Un article du CBCS.

Trop onéreux, trop éloignés des gens, trop bureaucratiques, pas assez modernes... Autant de critiques régulièrement lancées à l’égard des services publics.

Et pourtant, comme le disait, Jean Jaurès : « Les services publics constituent le premier patrimoine de ceux qui n’en ont pas ». Ils sont la richesse de toutes et tous et contribuent à garantir une société démocratique.

Ne soyons pour autant pas dupes : les difficultés et les problèmes pointés par les citoyens-ne-s, et largement relayés par les médias, sont réels. Mais en tant que mouvement d’éducation permanente, Présence et Action Culturelles est également convaincu de la capacité incroyable qu’ont les services publics à réduire les inégalités et à permettre, à toutes et tous, de jouir des droits et devoirs garantis à toutes les citoyennes et citoyens. C’est pourquoi le mouvement a souhaité mener cette campagne afin de non seulement dresser un état des lieux des conséquences néfastes de ces politiques de diètes budgétaires, mais également, d’autre part, afin de dépasser les constats amers et ainsi comprendre les logiques à l’œuvre et les conséquences pour tout un chacun de ce démantèlement à peine masqué.

Cette campagne entend en outre envisager et identifier les pistes possibles en vue de repenser le service public, y compris dans son fondement. Redonner une place aux citoyen-ne-s, notamment dans les espaces décisionnels, pour s’emparer collectivement de ce bien commun inappropriable et l’amener à répondre aux enjeux majeurs de la société actuelle. Car l’urgence est réelle et les besoins énormes : l’accès à l’enseignement, à la justice, aux soins de santé ou encore aux services bancaires de base doit être garanti à toutes et tous, peu importe notre capital culturel ou économique.

Réduire ou supprimer les services publics accentue les inégalités et creuse le fossé entre ceux qui possèdent les capitaux (les 1 %) et ceux qui n’en bénéficieront jamais (les 99 %).

Reprenons le pouvoir, soyons citoyens et citoyennes critiques !

Lire la suite de l’article



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.