FWB : le non-marchand a été contacté

FWB : le non-marchand a été contacté

Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, a indiqué vouloir reprendre les négociations avec le secteur non-marchand, en vue d’obtenir des accords. Le secteur a été convoqué ce 20 octobre. .

Bonne nouvelle pour le non-marchand : la Fédération Wallonie-Bruxelles semble prête à reprendre les négociations, brutalement interrompues suite à la crise politique qui a traversé le pays. Rudy Demotte, ministre-président de la FWB a indiqué, en Commission parlementaire ce lundi, vouloir mener à bien les discussions. Le secteur se dit impatient de commencer.

Plus de moyens

Suite au budget bouclé pour l’exercice 2018, 15 millions (à la place de 10 sous le gouvernement précédent) ont été dégagés prioritairement pour l’harmonisation des salaires des travailleurs de l’aide à la jeunesse, du socioculturel, et des milieux d’accueil de la petite enfance. La dernière harmonisation datant de 2000, on peut imaginer que les travailleurs seront plus que ravis. 5 millions supplémentaires ont également été dégagés pour 2017. Pour 2019, les montants s’élèvent à 25 millions. Néanmoins, malgré les efforts, seulement la moitié des retards barémiques pourra être comblée. Le ministre-président explique « Ma volonté aujourd’hui est d’aller de l’avant malgré les avatars de la vie politique. »

Une prime unique

En ce qui concerne les 5 millions d’euros prévus pour 2017, ceux-ci seront liquidés sous la forme d’une prime unique, octroyée aux personnes actuellement cadastrées dans les différents sous-secteurs. Eric Dubois, responsable à la CGSLB précise « Le montant de cette prime 2017 devra être fixé en GT technique sur base de ce cadastre. Cela nécessitera également la signature d’une CCT spécifique dans les différentes commissions paritaires concernées...il est donc temps d’avancer ! »

Enfin une convocation

Christian Masai, porte-parole du Setca précisait « Nous attendons une convocation avec une grande impatience ! » C’est désormais chose faite, puisque les représentants ont été convoqués pour ce 20 octobre, au Cabinet du ministre-président Rudy Demotte. Eric Dubois précise cependant que malgré « des nouvelles plutôt positives pour le NM... même si les efforts budgétaires consentis ne permettront toujours pas d’harmoniser à 100% les barèmes des travailleurs des secteurs de la FWB (MAE, Sociocu, AAJ...) avec les barèmes cibles (CP 330 - secteur fédéral). Harmonisation débutée en 2000 et toujours pas réalisée aujourd’hui ! »

Des réactions mitigées

Du côté de la CSC, si la convocation est une bonne chose, la décision d’attribution des montants par le Cabinet du ministre laisse perplexe. Yves Hellendorf, secrétaire au non-marchand, explique : « Le gouvernement a décidé seul d’attribuer des montants, alors qu’aucune négociation n’a été entamée, puisqu’en juin, avant la crise politique, nous en étions resté à un mandat pour une négociation. Or, ici, M. Demotte décide seul d’une prime unique et où iront tels et tels montants, notamment 4 millions d’euros pour les employeurs, en 2018. Cependant, ces 4 millions d’euros restent un dû des accords précédents. Ils ne sont donc en aucun cas un budget supplémentaire dégagé par le gouvernement. Nous ne devrions pas en faire les frais et ’payer la facture’ des accords de 2010. »

Si le non-marchand est évidemment pour une harmonisation de tous les salaires, quels que soient les secteurs, il souhaite cependant avoir accès à des chiffres réalistes pour les cadastres. « Nous avons interpellé le gouvernement la semaine dernière et l’administration nous a répondu que rien n’avait encore été fait car on ne leur avait pas demandé », continue Y. Hellendorf. Trois réunions sont donc prévues, avant le 20 octobre, pour les cadastres. « Pour ces 3 réunions, qui concernent le socioculturel, l’Aide à la jeunesse et l’ONE, nous voulons revoir le cadastre de l’emploi et décider des coûts qu’engendreraient l’harmonisation, mais aussi connaitre concrètement les effets du tax shift. »

Quid du Fédéral et de la Wallonie ?

En ce qui concerne les accords prévus avec le Fédéral et la Wallonie, rien ne se concrétise encore. Yves Hellendorf précise « qu’au Fédéral, nous avons négocié un texte qui n’a pas encore de statut car ils devaient se réunir pour décider du budget nécessaire. Ils ont eu une réunion ce 29 septembre, mais n’ont pas réussi à dégager les montants. Dès lors, nous réfléchissons à ce que nous allons faire pour la suite... » Le secteur a cependant déjà une réunion de prévue en Wallonie, ce 12 octobre.

La rédaction

[A Lire]

- Non-marchand : les montants maintenus en Wallonie
- Enfin une réponse de la Wallonie pour le non-marchand
- Où en est le non-marchand ?
- Tout est perdu pour le non-marchand ?
- La manifestation des travailleurs wallons du non-marchand approche
- « Grand succès » pour la manifestation du non-marchand
- 10 à 15.000 travailleurs du non-marchand dans les rues de Bruxelles
- Les infirmières seront présentes en nombre à la manif du non-marchand
- Le printemps du non-marchand démarre !
- Le secteur non-marchand, champion de l’absentéisme
- Nouvelle déception du non marchand à la Région wallonne
- Non-marchand : ça avance à Bruxelles !
- Non-marchand : 2e grande manifestation nationale ce 21 mars
- Le secteur non-marchand martèle : il veut un accord pour 2017
- Non-marchand : les syndicats fustigent le gouvernement wallon
- Le secteur non-marchand en a assez
- Pas de budget pour le non-marchand
- Le non-marchand n’a jamais été évalué à sa juste valeur



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.