K-Nal Santé, un nouveau centre de santé à Molenbeek

K-Nal Santé, un nouveau centre de santé à Molenbeek

La commune bruxelloise a inauguré fin du mois d’octobre, un tout nouveau centre de santé, baptisé K-Nal Santé. L’objectif : fournir un accès aux soins de santé au plus grand nombre.

En matière de soins de santé, dire que toutes les personnes sont égales est un leurre. Avec une privatisation des soins grandissante et le récent moratoire sur les maisons médicales lancé par la ministre de la Santé dans l’attente d’un audit qui vise à analyser le système (ou, pour le terrain, à réduire les coûts), se soigner devient de plus en plus difficile. Dans l’optique d’offrir un accès aux soins inconditionné à la population, Médecins du Monde vient d’ouvrir le premier centre multidisciplinaire en Belgique. K-Nal Santé a ouvert ses portes fin octobre, à Molenbeek.

La pluridisciplinarité au centre

Une des particularités de ce centre, comme le relaie BX1, est qu’il se veut pluridisciplinaire. Si, à l’heure actuelle, le centre propose principalement un accès aux généralistes, infirmiers, assistants sociaux et kinés, dans un futur proche il espère également pouvoir recruter des sages-femmes, dentistes, etc. Comme l’explique Médecins du Monde dans un communiqué, le centre vise, d’ici 2019, à « devenir un service parmi d’autres, dans un centre social et de santé intégré bien plus large ». Il compte dès lors s’appuyer sur des partenaires tels que Solidarité Savoir, Lama (service d’aide aux toxicomanes), D’ici et d’ailleurs (service de santé mentale) et le planning familial Leman.

2 signaux forts

Pour le directeur de Médecins du Monde, ce centre envoie 2 signaux forts : la première est que c’est inédit, jusqu’à présent, qu’une ONG ait été à la base de ce type de projet. Comme le précise Pierre Verbeeren à Bx1 « si cette initiative voit le jour, c’est parce qu’il y a un manque dans l’offre de soins de première ligne en santé. Donc, nous estimons que ce centre est un signal ». Le second élément repose sur cette pluridisciplinarité des professionnels. « Les personnes ne devront plus chercher partout un kiné, infirmier, psychologue, médecin… mais trouverons l’ensemble ici et dans le bâtiment que nous ouvrirons avec les autres partenaires. »

Un accès à tous

La plus-value du projet est évidemment de pouvoir faire en sorte qu’un maximum de personnes accèdent aux soins. Comme le précise M. Verbeeren « nous allons faire en sorte que, comme dans d’autres maisons médicales, l’espace soit accessible à toute la population. Et notamment, nous allons pratiquer le tiers payant automatique ce qui signifie que les personnes qui viendront ici ne devront rien débourser et que nous nous arrangerons avec leur couverture administrative pour récupérer le financement. »

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.