Les promenades thérapeutiques, une nouvelle tendance ?

Les promenades thérapeutiques, une nouvelle tendance ?

Pratiquées par plusieurs psychologues, les promenades thérapeutiques permettent, tant au professionnel qu’au patient, de délier son esprit et d’engager une partie différente du cerveau. La prise de décision serait rendue plus facile.

La santé mentale, de plus en plus mise en avant que ce soit professionnellement ou personnellement, avec les notions de bien-être notamment, est un concept unique à chaque personne. Les psychothérapeutes, qui se battent maintenant depuis plus d’un an contra la ministre de la santé, Maggie De Block, le précisent très souvent : il n’y a pas qu’une thérapie, mais des thérapies plurielles. A chacun de trouver le professionnel qui lui permettra d’enclencher les bons processus, en fonction de sa situation. Parmi les nouvelles ‘tendances’, les thérapies promenades semblent faire de plus en plus d’adeptes.

Voir les choses différemment

Elien Pauwels, psychologue, explique que les promenades thérapeutiques sont un moyen pour le cerveau de fonctionner différemment et elles aident l’esprit troublé à se délier et se confier. « C’est évidemment avant tout à prendre au sens littéral », raconte E. Pauwels au Vif. « Une étude révèle que notre cerveau fonctionne différemment et souvent plus rapidement. Et qu’on est plus enclin à réaliser ce qu’on a décidé en marchant. Mais à côté de cela, je me sers aussi de la nature pour mettre des processus en mouvement. La rivière, par exemple, est une belle métaphore de la vie, les branches et les pierres permettent d’expliquer certaines choses, les embranchements de parler de certains choix, etc. »

Une relation moins formelle

Lynn Van Hoof, psychologue également, propose, elle, pendant ses promenades thérapeutiques des exercices, tels que des activités plus physiques, du kayak ou grimper dans les arbres. Tous ne sont cependant pas enclins à essayer. « Je remarque que pour beaucoup de patients, il suffit d’être dehors. C’est une plus-value importante d’être en mouvement à la fois mentalement et physiquement : l’un renforce l’autre. Quand on reste à l’intérieur, les pensées tournent parfois en rond. En plus, beaucoup de patients, et surtout les jeunes, se sentent plus en sécurité en promenade thérapeutique. Ils ne sont pas obligés de me regarder tout le temps dans les yeux, et pour eux je suis davantage un compagnon qu’un thérapeute, c’est moins formel », souligne-t-elle au Vif.

Remède contre le burn out

Grand phénomène de la société actuelle, le taux de personnes touchées par un burn out n’a cessé d’augmenter depuis ces dernières années. Si les employeurs reconnaissent à présent porter une certaine responsabilité dans le phénomène et prendre certaines mesures pour le combattre, les professionnels de la santé mentale doivent cependant faire face aux demandes. Lynn Van Hoof constate que le principe des promenades thérapeutiques a des résultats très positifs sur les patients atteints de burn out ou de stress car elles allient la détente physique au côté plus mental.

Un plus pour le thérapeute

Les grands espaces verts sont bénéfiques au professionnel également. « Je constate que je retiens mieux les conversations à l’extérieur, même si évidemment je ne peux rien noter. Comme je peux lier certains thèmes à certains environnements - un bel arbre, une rivière - je peux mieux les enregistrer. À l’intérieur, c’est moins évident, car évidemment mon espace de thérapie ne change pas », conclut L. Van Hoof, au Vif.

La rédaction

[A lire]

- Le bonheur à tout prix : mais qu’est-ce qu’on trouve chez le psy ?!



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.