Santé à Bruxelles : incohérences ?

Santé à Bruxelles : incohérences ?

En matière de santé, à Bruxelles plusieurs ministres se partagent la tâche. Ce qui, parfois, peut donner lieu à certaines incohérences. Le Plan Santé bruxellois de la Cocom, annoncé depuis 2015, sera finalisé pour 2018 prévient le ministre en charge, Didier Gosuin. Or, la Cocof, elle, a déjà adopté un plan santé, en juillet 2017.

Avec la 6ème réforme de l’état, plusieurs compétences ont été communautarisées et régionalisées. A la capitale, les organes compétents, la Cocof (Commission Communautaire française) et la Cocom (Commission Communautaire Commune), se partagent les compétences en matière de santé. Ce qui, parfois, donne lieu à certaines incohérences. Le Plan santé de la Cocom, attendu depuis 2015, sera présenté en 2018, annonce le ministre Didier Gosuin. Pourtant, Cécile Jodogne, à la Cocof, a présenté son plan de promotion de la Santé 2018-2022 en juin dernier.

Un lien entre les 2 plans

La ministre de la santé à la Cocof, Cécile Jodogne, a présenté en juin dernier son plan de promotion de la santé à Bruxelles, ainsi que les appels à projet à destination du secteur. Du côté de la Cocom, toujours rien. Prévu initialement pour juillet 2017, Didier Gosuin a reporté l’échéance à janvier 2018 et assure aux parlementaires qui l’ont interpellé à ce sujet en Commission, qu’il y existe un lien avec le plan présenté par Cécile Jodogne. Il précise au Soir que la finalisation du plan prenait « plus de temps que nous l’avions imaginé au départ » et demande aux parlementaires de faire preuve de patience.

Des incohérences

Pour la députée qui a interpellé le ministre à ce sujet, Magali Plovie, la stratégie du gouvernement fait preuve d’incohérences. « En 2015, les ministres ont réuni les acteurs du terrain en urgence, presque au pas de charge. Les consultations ont été très rapides. Et depuis, plus rien… C’est dommage qu’on se soit précipité pendant quelques semaines pour ensuite attendre pendant deux ans. On aurait pu prendre davantage de temps pour la consultation ». L’adoption d’un Plan de promotion de la Santé 2018-2022 par la Cocof, sous l’égide de Cécile Jodogne, représente également pour la députée un manque d’organisation dans le dossier. « Ce n’est pas très cohérent », déplore-t-elle au Soir, « même si j’imagine que les ministres responsables se sont parlé. Il faut être vigilant sur la cohérence bruxelloise. »

L’objectif

Présenté en 2014 dans la Déclaration de politique communautaire de la Cocom, le plan Santé de la Région bruxelloise vise à donner au territoire l’opportunité de se doter d’une politique de Santé adéquate pour les citoyens. Ainsi, il prévoit un de développer un maillage de structures professionnelles de soins bien réparti dans les communes, tout en améliorant l’offre à domicile et dans les Maisons de repos. Cependant, vu l’organisation des compétences depuis la 6ème réforme de l’Etat, la santé est à présent morcelée entre le Fédéral, les Communautés et les Région, ce qui rend plus difficile et une concrétisation plus lente.

La rédaction

[A lire]

- Wallonie : le plan prévention santé horizon 2030 se concrétise
- Bruxelles a sa propre fédération de promotion de la santé
- 28 nouvelles mesures pour la santé et 42 millions d’euros



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.