Du personnel pour les Centres de Jeunes

Du personnel pour les Centres de Jeunes

Les associations de jeunesse constituent un acteur primordial en matière de formation des jeunes à la citoyenneté responsable. La Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé de subventionner 190 centres, leur permettant d’engager du personnel qualifié.

Par de multiples activités menées dans toute la Fédération Wallonie-Bruxelles, les associations de jeunesse travaillent quotidiennement à développer la citoyenneté et l’esprit critique des jeunes. Parmi ces associations, les Centres de jeunes remplissent des missions de proximité tout à fait essentielles dans de nombreux quartiers urbains comme dans les zones rurales.

Un financement pour l’engagement de professionnels

Afin de renforcer le soutien à ces structures, le Gouvernement vient d’approuver, en première lecture, un avant-projet d’arrêté de la ministre de la Jeunesse, Isabelle Simonis, fixant des critères de priorités objectifs pour financer 190 emplois supplémentaires au sein des Centres de jeunes. Dès 2018, 175 emplois mi-temps et 15 équivalents temps plein seront ainsi créés au sein de 190 maisons de jeunes, centres de rencontres et d’hébergement mais aussi centres d’informations de jeunes. Pour ce faire, une enveloppe de 5.044.000€ a été dégagée de manière récurrente dans le cadre du budget 2018.

Une volonté d’harmonisation

Pour rappel, à ce jour, sur les 210 Centres de jeunes agrées, 20 bénéficient d’une subvention couvrant la rémunération de 2 équivalents temps plein, et 190 d’une subvention pour 1 équivalent temps plein. Avec cette décision, ces 190 structures se verront progressivement accorder les subventions nécessaires à l’engagement d’un second équivalent temps plein en 2018 et en 2019.

Ces recrutements répondent par ailleurs aux objectifs fixés par l’article 44 du décret du 20 juillet 2000 déterminant les conditions d’agrément et de subventionnement des maisons de jeunes, centres de rencontres et d’hébergement et centres d’informations de jeunes et de leurs fédérations.

« L’actualité nous montre presque chaque jour à quel point il est indispensable de renforcer des projets de prévention générale et de prendre toutes les mesures pour encourager la participation et l’émancipation des jeunes. Les Centres de jeunes ont un rôle crucial à jouer dans cette perspective. Outre la création d’emplois, je suis convaincue que le refinancement octroyé à ce secteur contribuera à poser les jalons d’une jeunesse plus épanouie et d’une société plus solidaire », conclut la ministre.

Des contrats de travail, exclusivement

Elle rappelle par ailleurs que les emplois financés devront s’inscrire dans le cadre de contrats de travail en bonne et due forme. Cette précision est importante au regard du projet de « contrats associatifs » porté par le Gouvernement fédéral, qui risque, s’il se concrétise, de porter un coup important à la professionnalisation et à la pérennisation de l’emploi dans le secteur jeunesse notamment, une des branches du secteur non-marchand.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.