Le non-marchand bruxellois bataillera ferme pour ses accords

Le non-marchand bruxellois bataillera ferme pour ses accords

Le non-marchand bruxellois a décidé d’aller jusqu’au bout et mènera des actions jusqu’à ce que les autorités de la Région leur propose des accords sectoriels concrets et en adéquation avec la réalité des travailleurs. Ce 24 octobre, le secteur manifestait devant le Parlement bruxellois.

Le secteur du non-marchand veut ses accords et compte bien faire tout ce qui est en son pouvoir pour les obtenir. Des préavis de grève sont lancés et les actions seront menées de front pour obtenir de la part des autorités de la Région bruxelloise les accords sectoriels. Ce mardi, le secteur manifestait devant le Parlement bruxellois. La veille, le ministre-président de la Cocom (Commission Communautaire Commune) et la ministre Fadila Laanan annonçaient avoir débloqué un budget de 11 millions d’euros. Le secteur, lui n’a pas encore reçu de convocation. Le front commun syndical a fait savoir, via Communiqué, qu’il attendait du concret.

Le Non Marchand bruxellois était devant le parlement hier

Le Non Marchand bruxellois était dans la rue du Lombard devant le parlement bruxellois ce mardi 24 octobre.

D’une part pour manifester sa satisfaction d’avoir appris qu’un budget de 11 millions leur était alloué à partir de l’année 2018 mais aussi pour manifester son mécontentement de la longueur que prennent les négociations.

Ces onze millions sont partagés aux toutes dernières nouvelles par quatre millions d’euros pour la COCOF ainsi que deux millions pour le tax-shift COCOF et cinq millions pour la COCOM.

Sachant qu’il faut encore un accord au parlement, qu’il faut discuter des accords en tripartites avec, les pouvoirs subsidiant, les patrons, les organisations syndicales et enfin, si cet accord est signé, il faudra encore le traduire en conventions collectives pour les différentes commissions paritaires des secteurs COCOF/COCOM/RBC.

Les préavis de grèves qui ont été déposés dans les différentes commissions paritaires ne seront donc pas levés tant que les CCT sectorielles ne seront pas signées.

Il faut savoir que le secteur représente plus de 30.000 travailleurs depuis la 6ième réforme de l’état qui a régionalisé, par exemple, les maisons de repos et de soins et que les administrations de la COCOM, en pleine expansion, sont encore affairées aux cadastre [sic] de leurs travailleurs.

Les travailleurs du NM BXL ont donc décidé de rester mobilisés après le 6 novembre afin de démontrer leurs déterminations à concrétiser un accord du non marchand qui débuterait au 1er janvier 2018.

[A Lire]

- Le Fédéral convainc le non-marchand
- Un accord fédéral en vue pour le non-marchand ?
- Les négociations reprennent pour le non-marchand
- FWB : le non-marchand a été convoqué
- Non-marchand : les montants maintenus en Wallonie
- Enfin une réponse de la Wallonie pour le non-marchand
- Où en est le non-marchand ?
- Tout est perdu pour le non-marchand ?
- La manifestation des travailleurs wallons du non-marchand approche
- « Grand succès » pour la manifestation du non-marchand
- 10 à 15.000 travailleurs du non-marchand dans les rues de Bruxelles
- Les infirmières seront présentes en nombre à la manif du non-marchand
- Le printemps du non-marchand démarre !
- Le secteur non-marchand, champion de l’absentéisme
- Nouvelle déception du non marchand à la Région wallonne
- Non-marchand : ça avance à Bruxelles !
- Non-marchand : 2e grande manifestation nationale ce 21 mars
- Le secteur non-marchand martèle : il veut un accord pour 2017
- Non-marchand : les syndicats fustigent le gouvernement wallon
- Le secteur non-marchand en a assez
- Pas de budget pour le non-marchand
- Le non-marchand n’a jamais été évalué à sa juste valeur



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.