Garde d’enfants : un métier en vogue à l’ère du Covid-19

Garde d'enfants: un métier en vogue à l'ère du Covid-19

A la recherche d’un emploi pour couvrir les dépenses financières durant le confinement, de plus en plus de personnes ont opté pour le travail de baby-sitting. Contrairement à d’autres métiers, la garde d’enfants connait un succès considérable depuis la crise sanitaire.

Selon le rapport annuel de Yoopies, une plateforme de garde d’enfants, le nombre de baby-sitters sur ce site a augmenté de 13% en un an, atteignant un total de 90 0000 profils. Cette tendance reflète les conséquences socio-économiques provoquées par la crise sanitaire. En effet, avant la reprise de leur emploi stable, de nombreuses personnes se sont tournées vers la garde d’enfants à domicile, un travail perçu comme flexible et facile, afin de combler le manque de rentrées financières durant le confinement. L’augmentation de l’âge moyen des baby-sitters, passé de 26 à 33,5 ans en un an, en est la preuve. En outre, considéré surtout comme un job d’appoint pour les étudiants, la garde d’enfants attire de plus en plus, en cette période de crise, des personnes qualifiées comme les puéricultrices ou accueillantes de la petite enfance.

Des tarifs en augmentation

7,98€, c’est le tarif horaire moyen d’une garde d’enfants à domicile en Belgique, un chiffre qui a augmenté de 2,96% par rapport à l’année passée. Ce montant varie en fonction du territoire : les provinces les moins chères en termes de babysitting sont la Flandre-Orientale (7,75€/h), Liège (7,76€/h) et Namur (7,78€/h) tandis que le Brabant flamand (8,26€/h), Bruxelles-Capitale (8,22€/h) et Brabant wallon (8,16€/h) forment les régions les plus coûteuses.

Soulignons que ces chiffres négligent le travail admirable effectué par les bénévoles. “Ces tarifs ne reflètent cependant pas le formidable élan de solidarité dont nous avons été témoins durant la crise. En effet, pendant le confinement, nous avons pu mobiliser plus de 5000 bénévoles pour s’occuper des enfants des personnels soignants et près de 40% des gardes chez Yoopies étaient gratuites”, insiste Benjamin Suchar, fondateur de Yoopies au journal Télésambre.

Selon l’étude de la plateforme, les prix belges restent toutefois bas comparés à d’autres pays européens. Par exemple, des pays comme la Suisse, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne ou le Pays-Bas proposent des tarifs plus élevés avec la Suisse en tête (14,34€/h en moyenne).



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus