Non-marchand : la CNE souhaite continuer la mobilisation

Non-marchand : la CNE souhaite continuer la mobilisation

La CNE a annoncé qu’elle souhaitait poursuivre sa mobilisation pour obtenir des moyens appropriés pour le secteur non-marchand. Si la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Région de Bruxelles-Capitale ont avancé deux revalorisations sur la table, le syndicat considère qu’elles sont bien trop en-dessous des besoins réels.

Après la manifestation de ce vendredi 13 novembre, la CNE a rencontré des représentants de la Fédération Wallonie-Bruxelles et du gouvernement bruxellois. Parmi les revendications sur la table des négociations, un budget de 100 millions d’euros pour le non-marchand d’ici 2024 afin de soutenir les travailleurs en première ligne de l’épidémie.
- [À lire] : Non-marchand : nouvelle manifestation ce vendredi

8 et 7,5 millions d’euros débloqués

Vendredi, le ministre du budget, Frédéric Daerden assurait que les 8 millions d’euros en 2021 délivrés par la Fédération Wallonie-Bruxelles n’étaient qu’un premier pas. Discutant avec les représentants du syndicat, il a affirmé que des ajustements auraient lieu d’ici 2024. “C’était constructif et cela nous donne de l’espoir, mais on est évidemment assez loin de l’estimation de près de 100 millions d’euros. On a un budget pour 2021, mais on veut une programmation dans le temps, des phasages qui nous permettent d’avancer sur une évolution barémique, sur l’amélioration des conditions de travail.”, a confié Éric Dubois, responsable sectoriel national non-marchand CGSLB à BX1.
Le gouvernement bruxellois a lui annoncé un budget de 7,5 millions d’euros pour 2021, pour un total de 75 millions en 2024. Un montant que la CNE trouve trop éloigné des besoins réels. “Nous sommes profondément choqués par cette attitude de mépris des pouvoirs publics bruxellois à l’égard des travailleuses et travailleurs qui ont continué à faire tourner les services collectifs pendant cette crise.”, s’est-t-elle insurgée dans un communiqué.

- [À lire] : Négociations pour le non marchand : Pierre-Yves Jeholet fait le point

La mobilisation continue

Face à ces budgets qu’elle juge trop limités, la CNE a annoncé poursuivre sa mobilisation. Si le syndicat demande un montant de 100 millions d’euros annuels d’ici 2024, il souhaite obtenir des montants significatifs dès 2021.
En plus de ces moyens, la CNE demande aussi l’allocation d’une prime en 2020 sur le modèle de la prime accordée par le fédéral au personnel hospitalier. Cette fois, elle serait pour tous les travailleurs du non-marchand, qui continuent de jouer leur rôle malgré la crise sanitaire.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus