Handicap, santé, aînés : les promesses du nouveau gouvernement wallon

Handicap, santé, aînés: les promesses du nouveau gouvernement wallon

Ecolo, PS et MR vont former le futur gouvernement wallon. Le Guide Social a décortiqué leur déclaration de politique générale. Futur des maisons de repos et des hôpitaux, formation des professionnels de la santé, prise en charge des personnes handicapées, soutien aux aidants proches : voici ce que le secteur psycho-médico-social doit en retenir.

[DOSSIER]
- Aide à la jeunesse, enfance... : les promesses de la nouvelle coalition
- Quel impact des déclarations politiques pour les familles ?
- Politique des aînés du gouvernement wallon : "Peu de vision d’avenir"

Renforcer l’offre de première ligne d’aide et de soins

- Le Gouvernement souhaite mener une politique de santé en Wallonie articulée entre les secteurs d’aide et de soutien social et des soins. Il veut renforcer et encadrer l’offre de première ligne d’aide et de soins en favorisant le développement des pratiques multidisciplinaires de première ligne dans les communes wallonnes. Les dispositifs d’attractivité pour l’installation en zones de pénurie de métiers de première ligne comme les infirmières seront améliorés tout en veillant à l’accessibilité financière des patients.

- « En matière de développement de nouvelles maisons médicales, l’agrément et le financement constituent la première priorité mais il sera également analysé s’il est possible de les aider en matière d’infrastructure et de soutien de leur travail social et de santé communautaire », pointent les partenaires politiques. Et de rajouter : « La Wallonie collaborera avec la Fédération Wallonie-Bruxelles pour mettre en place une commission de planification francophone des sous-quotas des métiers de la santé basée sur les données d’un cadastre dynamique et permanent et sur une estimation des besoins. »

- Le Gouvernement veut aussi soutenir le développement des centres de planning familial. Il envisagera comment reconnaître et financer la fonction de coordination et y renforcer l’attractivité pour les médecins généralistes et les gynécologues.

- [A lire]  : Une pétition contre la réforme des services de santé mentale

La réforme « 107 » à revoir

Le financement et les modalités des services de santé mentale seront revus pour répondre à l’augmentation des besoins de prise en charge de la santé mentale de première ligne. L’accès rapide à des soins psycho-sociaux non résidentiels sera une priorité, notamment pour les enfants et adolescents.

Le Gouvernement mettra à l’ordre du jour de la conférence interministérielle santé publique l’évaluation de la réforme des soins de santé mentale, dite « 107 », car, selon les trois partis politiques, elle ne rencontre pas suffisamment l’évolution des besoins des populations concernées, ni en possibilité de développement d’une offre de soins psychiatriques intensifs en lits hospitaliers aigus, ni en possibilité de développement des soins et accompagnement en milieu de vie ou en formules d’habitats communautaires ou protégés par la Région.

Réduction des risques en matière de toxicomanie

A partir notamment de l’évaluation de la salle de consommation à moindre risque, le Gouvernement annonce vouloir développer une politique innovante en matière de prise en charge de la toxicomanie.

Lutter contre le malaise des travailleurs de la santé

Dans le cadre de la conférence interministérielle relative à la santé, le Gouvernement entend mettre à l’ordre du jour une revalorisation globale des soins à domicile et l’amélioration des normes d’encadrement en personnel soignant en hôpital. Plus globalement, il soutiendra les métiers de la santé de première ligne et du social. « Le malaise et le mal-être actuel des soignants seront pris en compte dans l’élaboration des politiques. Les conditions de travail feront l’objet d’une attention forte. »

- [A lire]  : Les Blouses Blanches exigent un plan d’actions : manifestation lundi !

Soutenir les handicapés : un cheval de bataille

- Le Gouvernement s’engage à apporter une importance particulière aux politiques de soutien aux personnes porteuses d’un handicap. Il veut concrétiser une réelle inclusion des personnes en situation de handicap tout au long de la vie. Pour ce faire, il privilégiera une logique d’accompagnement des personnes en leur permettant de trouver des solutions diversifiées en réponse à leurs besoins spécifiques : accueil, travail, loisirs, etc. Notons également que le nouvel exécutif veut mettre en place une fonction consultative représentant les personnes et les associations en situation de handicap en Wallonie.

- Le Gouvernement veut réformer le décret relatif aux structures d’hébergement non agréées dit « décret maisons pirates » de manière concertée avec les acteurs concernés, afin de garantir la qualité de la prise en charge de ce public particulièrement vulnérable. Le Gouvernement annonce qu’il apportera une réponse adaptée, efficiente et suffisante, notamment pour les situations de grande dépendance, de handicap lourd ou d’autisme.

- Le Gouvernement reconnaîtra et encouragera également le travail réalisé au sein des institutions qui hébergent des personnes très fragilisées et lourdement invalides. Il sera également nécessaire d’aboutir à des actions sur base de la réflexion actuellement en cours au sein de l’AViQ autour du moratoire touchant les structures d’accueil pour pouvoir absorber la demande croissante et gérer les situations urgentes et prioritaires en lien avec la mise en place progressive de la liste unique.

- [A lire]  : Handicap : la pudeur du secteur face à l’accompagnement sexuel

Handicap : prise en compte de l’accompagnement sexuel

Au sein de chaque institution spécialisée, l’intégration de l’EVRAS et des droits sexuels et reproductifs sera promue dans sa charte et projet d’institution. La vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap sera prise en compte. Le Gouvernement prendra, sur base de la résolution du Parlement de Wallonie du 25 avril 2018 et en concertation avec les acteurs concernés, un cadre réglementaire relatif à l’accompagnement sexuel.

Soutien aux aidants proches

Le Gouvernement soutiendra les aidants proches en renforçant et diversifiant l’offre de répit, en soutenant et développant des structures d’accueil de court séjour et de convalescence adaptés aux besoins de la personne aidée et de son aidant. Il veillera aussi à soutenir les aidants proches en leur assurant une information sur les droits et aides existantes à leur disposition ainsi qu’un accompagnement psychosocial.

- [A lire]  : Handicap : quand les familles sont obligées de fonder leur asbl...

Statut d’employé pour les aides-familiales

- Le Gouvernement fera une priorité du maintien à domicile des personnes en perte d’autonomie qui le souhaitent. Le Gouvernement amplifiera en ce sens les services d’aide et de soins à domicile et augmentera la visibilité des centres de coordination de soins et de l’aide à domicile. Pour ce faire, les métiers d’aide à domicile (aide-familiale, aide-ménagère sociale, garde malade à domicile) seront soutenus pour faire face à la pénurie et aux besoins croissants. Dans ce cadre, le statut d’employé pour les aides-familiales et gardes-malades à domicile sera concrétisé.

- Le Gouvernement diversifiera l’offre des lieux de vie, d’abord en favorisant des quartiers et villages intergénérationnels ainsi que toutes les formes de cohabitation en milieu de vie, de manière à désinstitutionaliser positivement l’accueil des personnes âgées. Le Gouvernement diversifiera ensuite l’offre de structures d’accueil et d’hébergement. Il sera attentif au besoin d’accueil des personnes les plus dépendantes en ce compris celles qui nécessitent un encadrement plus spécifique. Il favorisera les 97 structures qui adoptent un modèle respectueux des habitudes de vie des résidents, notamment en développant un projet proche d’une maison de vie, et encouragera les résidences-services sociales.

- [A lire]  : Assurance autonomie : l’histoire d’un projet qui tombe à l’eau

Maisons de repos : vision floue après 2020

- La programmation de nouvelles places en maisons de repos et en maisons de repos et de soins prévue pour 2019 et 2020 sera mise en œuvre. La programmation pour la période 2021 à 2031 selon le nouveau décret de réforme du financement sera revue afin de rencontrer les objectifs définis en matière de diversification de l’offre en hébergement ainsi qu’en adaptation d’habitats hors institutions spécifiques.

- Le futur exécutif luttera contre les tarifs abusifs en matière de contribution des bénéficiaires pour leur hébergement en maisons de repos et maisons de repos et de soins. Il luttera contre les pratiques de certains opérateurs qui détériorent aujourd’hui la qualité du soin et la qualité de vie des résidents, de leurs proches et des professionnels. Le Gouvernement soutiendra les projets innovants entre le domicile et la maison de repos classique, alternatives aux structures résidentielles de long séjour pour les ainés qui ont besoin d’une aide ponctuelle.

Retrouvez ce jeudi 12 septembre, notre décryptage de la déclaration de politique générale de la Fédération Wallonie-Bruxelles.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus