Huytebroeck remet les pendules à l'heure

Huytebroeck remet les pendules à l'heure

La ministre de l’Aide à la jeunesse veut casser les rumeurs selon lesquelles les IPPJ seraient des institutions laxistes.

Sur les 926.000 jeunes en Communauté française, 25.000 sont concernés par l’Aide à la jeunesse, soit 2,7%. Parmi eux, 2,4% sont en danger et les 0,3% restant sont des délinquants. Les jeunes placés en IPPJ ne représentent qu’un tiers de ces 0,3%, indique la ministre.

La ministre réagissait aux propos parus la semaine passée. Un jeune ayant participé à un braquage à Jamioulx ayant entrainé la mort d’un boulanger, qualifiait les IPPJ de "Club Med" : "On peut faire les faux-culs comme on veut devant les psys pour obtenir des sorties, c’est tellement facile".

Pour la ministre, des améliorations sont possibles, mais il ne faut pas lancer le discrédit sur des institutions qui sont loin d’être des centres de loisirs. Elle consent qu’il faut s’occuper des jeunes les plus dangereux, mais rappelle qu’il s’agit d’une petite minorité et qu’il faut aussi travailler avec les autres jeunes en danger.

(photo : Evelyne Huytebroeck)



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus