La Fédération des CPAS wallons salue la transition sociale annoncée

La Fédération des CPAS wallons salue la transition sociale annoncée

Les Gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles se sont accordés sur les grandes lignes de leurs politiques pour les 5 années à venir, notamment sociales. Après lecture attentive des deux déclarations de politique, le Comité directeur de la Fédération des CPAS de Wallonie se réjouit que les principales revendications des CPAS aient été globalement entendues par les négociateurs. Il restera à passer des intentions aux actes, à préciser les modalités de mise en œuvre et surtout… à clarifier les affectations budgétaires.

« Dès la première phrase de sa DPR, le Gouvernement wallon met l’ambition sociale au 1er plan : « Il est nécessaire de permettre l’émancipation de tous les habitants, en particulier les plus fragiles… Dans ce sens, le Gouvernement mettra tout en œuvre pour assurer à chacun une vie digne et de réelles perspectives d’avenir ». Un plan stratégique de lutte contre la pauvreté sera élaboré, avec un budget ad hoc, ce qui constitue une belle avancée par rapport à la précédente législature », souligne Alain Vaessen, Directeur général de la Fédération des CPAS de l’Union des Villes et Communes de Wallonie (UVCW).

- [A lire] : Fusion CPAS/commune : "Tous les partis se sont positionnés contre !"

De nombreux motifs de satisfaction

« Sur le plan institutionnel, les intentions de fusion entre communes et CPAS sont enterrées par les 3 partis formant la nouvelle majorité. Les CPAS peuvent aussi être rassurés par la promesse de neutralité budgétaire pour les CPAS de Wallonie qui se verraient attribuer de nouvelles missions, lesquelles devraient préalablement être concertées avec la Fédération des CPAS. Une réforme du Fonds spécial de l’Aide sociale (FSAS) est en outre envisagée, qui pourra – espérons-le – découler notamment sur une augmentation dudit Fonds voire, plus largement, une consolidation. Le Gouvernement s’est aussi engagé à maintenir le volume de l’emploi et les moyens financiers alloués actuellement dans le cadre des aides à la promotion de l’emploi (APE), et à traiter la délicate question du financement des pensions des agents des pouvoirs locaux, en ce compris donc ceux des CPAS », pointe avec satisfaction Alain Vaessen.

Toutefois, la Fédération des CPAS souhaite être rassurée sur le fait que toutes nouvelles missions affectées aux CPAS seront concertées préalablement, et sur les conséquences budgétaires de certaines mesures. « Le budget envisagé à ce stade pour le financement des pensions, par exemple, est largement insuffisant », illustre-t-il.

Au rang des autres motifs de réjouissance, il relève de nombreux engagements annoncés dans le champ d’action des CPAS : « l’évaluation des dispositifs articles 60-61 en vue de les réformer, mais surtout de les renforcer, et plus largement la réaffirmation du rôle des CPAS dans l’insertion socio-professionnelle afin qu’ils concourent à hausser le taux d’emploi en Wallonie ; l’augmentation du parc locatif public de 12.000 logements – ce ne sera pas suffisant au vu des besoins, mais c’est un premier pas dans la bonne direction - ; l’instauration d’un prêt régional à taux zéro pour aider aux garanties locatives, ainsi que l’adoption d’un mécanisme d’allocation loyer pour faciliter l’accès aux logements privés ; la diversification de l’offre de structures d’accueil et d’hébergement pour les aînés… ».

- [A lire] : Elections : les CPAS lancent un SOS

Quelques regrets cependant

« Toutefois, une dimension majeure manque à cette transition sociale, la lutte contre la précarité énergétique », regrette Alain Vaessen. « Dans la thématique énergétique au sens large, la plupart des mesures n’intègrent en effet pas suffisamment l’accès à l’énergie dans le chef des publics les plus fragilisés, et ne considèrent pas à leur juste hauteur les dispositifs actuellement en vigueur dans les CPAS. De même, il est étonnant de ne rien voir sur la problématique du surendettement d’une frange de la population wallonne, toujours plus importante et que les CPAS notamment doivent gérer ». Et de poursuivre : « Il est aussi demandé au Gouvernement wallon de se concerter rapidement avec le Fédéral pour assurer aux migrants en transit une dignité ».

Autre bémol dans la partition francophone (DPC), « la problématique de l’aide à la jeunesse aurait mérité d’être davantage développée, dans ses liens avec les CPAS, ainsi que l’insertion sociale ». Côté wallon, « nous aurions apprécié que le Gouvernement wallon s’engage à stabiliser notre Loi organique pour ce qui la concerne, afin de laisser les CPAS digérer les récentes et nombreuses modifications législatives, et annonce un renforcement des CPAS eu égard à la pression aujourd’hui exercée sur la structure et les travailleurs sociaux », poursuit le DG de la Fédération des CPAS wallons.

- [A lire] : "Une revalorisation barémique pour les agents des CPAS bruxellois !"

Une bonne note d’ensemble

Il demeure que globalement, la note décernée aux négociateurs wallons et francophones est plutôt positive et l’accueil favorable dans le chef des CPAS wallons et de leur Fédération : « restons sur la première impression, celle de deux déclarations de politique régionale et communautaire « sociales ». En tant que pivot des politiques sociales au niveau local, les CPAS en seront le moteur. En tant qu’organe consultatif, la Fédération des CPAS veillera à ce que les moyens budgétaires et les modalités de mise en œuvre épousent au plus près l’ambition de cette « transition sociale » annoncée par les nouveaux Gouvernement régionaux et communautaires. Il restera donc à passer des intentions aux actes, nous y veillerons attentivement, car dans le contexte actuel il faudra être pragmatique ».

- [A lire] : CPAS : vers un travail social libéré des lourdeurs administratives ?



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus