Le SIAMU , réticent à la centralisation des appels

Le SIAMU , réticent à la centralisation des appels

La création d’un centre d’appel unique pour les services de secours à Bruxelles ne fait pas l’unanimité. Au SIAMU, les pompiers redoutent un service trop éloigné des réalités du terrain.

En Région bruxelloise, les appels aux services de secours devraient être centralisés au sein d’un même service. Bruxelles Prévention et Sécurité (BPS), l’organisme d’intérêt public (OIP) en charge de la coordination des politiques de prévention et de sécurité, devrait en effet disposer d’un centre d’appels unique. Pour le SIAMU, déjà complètement remanié par une réforme organisationnelle, cette centralisation comporte des risques. En effet, le syndicat libre de la fonction publique craint que les agents du call center soient "déconnectés de la réalité du terrain."

Un centre d’appel unique pour les secours bruxellois

Bruxelles Prévention et Sécurité (BPS) , l’OIP créé en 2015 pour centraliser la gestion de la sécurité dans la Région, devrait disposer d’un call center unique pour tous les services de secours. Nommé "Centre de crise et de communication intégré", il regrouperait ainsi les appels pour la police, l’aide médicale urgente et les pompiers, afin de mieux coordonner les services. "Nous voulons aller vers plus d’efficacité et créer des synergies entre les différents acteurs", explique le directeur général du BPS au Soir. La centralisation des appels d’urgence a déjà été réalisée dans d’autres provinces belges.

- [A lire] : Au SIAMU, le terrain gronde et l’enquête démarre

Le pompiers pas convaincus

Si le numéro d’appel du SIAMU ne change pas, le nouveau call center installera un changement de taille. En effet, les agents qui reçoivent les appels ne seront plus situés directement au sein de la caserne. Dans ce cas, "les centralistes vont être déconnectés de la réalité de terrain", dénonce Eric Labourdette, président du secteur Zones de Secours du syndicat libre de la fonction publique, au Soir. Selon lui, la centralisation des appels risque d’occasionner une perte de temps avant l’intervention des secours.

Le SIAMU en plein mouvement

Depuis plusieurs mois, le SIAMU fait remonter de nombreux problèmes. Au cœur d’une procédure pour comprendre les ingérences de son administration, le SIAMU a vu également son organisation a également été profondément transformée. En effet, la réforme de Cécile Jodogne, secrétaire d’Etat à la Lutte contre l’incendie et l’Aide médicale urgente, est entrée en vigueur le 1er mars. Dans le même temps, les pompiers bruxellois déplorent un manque de moyens et d’effectifs face à la charge de travail. Une grève a donc eu lieu fin février. Suite à cela, les effectifs de garde ont été augmentés pour une période de 3 mois, et seront ensuite soumis à une évaluation.

- [A lire] : Le SIAMU, mal géré ?

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus