Vers quelle parentalité en 2018 ?

Vers quelle parentalité en 2018?

Depuis un demi-siècle, la parentalité a connu une véritable évolution. En revanche, les accompagnements aux familles, eux, semblent être restés dans un modèle statique, désormais obsolète pour les familles de la société actuelle.

Depuis 40 ans, le modèle familial connait de vrais bouleversements. Aujourd’hui, environ un ménage sur deux avec enfant(s) se sépare, ce qui est parfois synonyme de tensions voire de conflits intenses. En cas de divorce, ces conflits ont tendance à prendre le pas sur le bien-être de l’enfant, les parents éprouvant des difficultés dans leur coparentalité et leur coresponsabilité.

Dans ces conflits, l’enfant subit des pressions qui peuvent-être intenses et avoir de graves conséquences sur son développement (troubles de l’apprentissage, décrochage scolaire, dépression infantile…).

- [A lire] : 400 accueillantes d’enfants sous statut complet, un premier pas concret !

Dans le but de renouer le dialogue entre les adultes en situation de divorce, des « Espaces Parents dans la Séparation » (EPS) apportent écoute et conseils aux parents. Ces lieux sont libres d’accès et y travaillent des professionnels (psychologues, médiateurs, éducateurs…) qui les aident à se recentrer sur les besoins de leur(s) enfant(s) et à coopérer dans l’exercice conjoint de l’autorité parentale. Les « Espaces Parents dans la Séparation » visent, via une méthodologie particulière et adaptée à chaque situation, à permettre aux couples en conflit d’entamer un vrai dialogue. Tout au long du processus, la gratuité, la confidentialité et l’anonymat sont garantis aux parents.

Ces services répondent favorablement à l’augmentation des situations de séparation en proposant le plus rapidement possible une aide aux parents qui divorcent. Cet accompagnement permet d’aider à ce que chacun puissent trouver « sa juste place » au sein de la famille. En tant que Ministre de l’Enfance, il me tient particulièrement à cœur d’apporter un réel soutien à la parentalité au travers du soutien aux « Espaces Parents dans la Séparation » qui remettent l’enfant au centre des préoccupations et qui créent du lien social et familial.

- [A lire] : Un premier bilan pour le secteur de l’enfance ?

En 2017, 150.000 euros ont été affectés à cinq « Espaces Parents dans la Séparation » (Liège, Verviers, Mons, Charleroi et Neufchâteau), à concurrence de 30.000 euros par service. Aujourd’hui, je souhaite continuer à soutenir ce projet qui répond à une vraie demande émanant du terrain. Je travaille actuellement à l’élaboration d’un projet d’arrêté qui permettra d’encadrer au mieux ces services et de rendre pérenne la subvention obtenue l’année dernière pour chaque service « Espaces Parents dans la Séparation » afin de les aider à couvrir les différentes dépenses liées à leurs missions.

- [A lire] : Alda Greoli, ministre de terrain avant tout

Les « Espaces Parents dans la Séparation » fournissent un véritable travail d’accompagnement, de soutien et de responsabilisation des parents en difficultés. Lorsque la séparation s’avère particulièrement difficile, les enfants sont en première ligne du conflit parental, bien malgré eux. Je suis intimement convaincue que ces espaces, maillon important de la chaîne de prévention, contribuent à ouvrir des voies du vivre-ensemble indispensables au bien-être de l’enfant.

Alda Greoli, Ministre en charge de la Petite Enfance en FWB



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus