Handicap de grande dépendance : condamnation, action !

Handicap de grande dépendance : condamnation, action!

Le 29 juillet dernier, la Belgique était condamnée par le Comité européen des droits sociaux pour le manque de solutions d’accueil diversifiées et adaptées pour les personnes handicapées de grande dépendance. 6 mois plus tard, où en est-t-on ?


- Handicap de grande dépendance : ce que prévoient les Régions

- Handicap de grande dépendance : "Et après mai 2014 ?"

Cette condamnation – effective, pas seulement symbolique- promettait d’amorcer un tournant dans la politique et les moyens accordés au handicap de grande dépendance, c’est-à-dire des personnes polyhandicapées, personnes souffrant d’autisme, de lésion cérébrale acquise ou atteintes d’une infirmité cérébrale, au nombre d’environ 70.000 en Belgique.

Afin d’évaluer le plan des Régions, les associations à l’origine de la réclamation collective introduite au Comité européen des droits sociaux – rassemblées sous la plateforme Collectif Handicap - ont convoqué le 3 février dernier les gouvernement régionaux. Si les associations soulignent une solution, il n’y a pas de quoi (encore) sortir le champagne. D’autant que tout peut changer après mai 2014.

Ce qu’on attend de la Belgique

Des places pour tous : le Comité exige qu’une place soit disponible pour chaque personne – tant en en Wallonie, qu’en Flandre et dans la Région de Bruxelles-Capitale, insistant sur les centres d’accueil de jour et d’hébergement de nuit, seules garanties d’une prise en charge complète.

Des places de qualité : le rapport a pointé l’importance d’une diversité de solutions, qui correspond aux besoins de chaque personne et de sa famille.

Des places prioritaires : actuellement, les personnes handicapées de grande dépendance ne sont pas toujours prioritaires dans l’accès au centre. Le rapport exige qu’elles le soient et a même stipulé que les familles pourraient faire appel à la législation anti-discriminatoire pour faire valoir ce droit.

Une enquête : on estime le nombre de personnes handicapées de grande dépendance âgées de 21 à 61 ans à 73 000, soit 1 % de la population adulte. Mais il n’existe pas de chiffre précis disponible. Sans chiffres, il est alors difficile d’élaborer un plan.

Lire aussi : Droits des adultes handicapés : les associations gagnent leur procès contre l’Etat belge

En savoir plus :

*La Fédération internationale des Ligues de droits de l’homme (FIDH) : à l’origine de l’introduction de la réclamation collective au nom d’une vingtaine d’autres associations le 13 décembre 2011

*Le Gamp : groupe d’action qui dénonce le manque de places pour les personnes handicapées de grande dépendance

*« Pas de chaises musicales avec nos droits »  : parce que quand on parle des proches des handicapés de grande dépendance, on constate qu’une majorité de femmes sont concernées, Vie Féminine a décidé de lancer cette campagne « Pas de chaise musicale avec nos droits ». Objectif : faire connaître leurs droits auprès des femmes qui sont sans solutions pour leurs enfants ou dont les solutions ne sont pas adaptées à leurs besoins et maintenir la pression auprès des parlementaires en vue des élections de 2014.

Manon Legrand

N’hésitez pas à participer, commenter et réagir sur notre site ou Forum.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus