Les maisons de repos aux mains des holdings privés

Les maisons de repos aux mains des holdings privés

Aujourd’hui, de plus en plus de maisons de repos sont aux mains d’investisseurs privés. Le secteur des personnes âgées craint que ce business du vieillissement ne soit pas compatible avec des soins de qualité et un réel accompagnement des personnes âgées.

Notre dossier :
- Privatisation des soins : "La dépendance ne peut pas devenir un marché"
- Maisons de repos privatisées : quel impact sur les professionnels ?

Nous vivons de plus en plus vieux, c’est un fait. Selon les prévisions, 1 Belge sur 10 aura plus de 80 ans en 2050. La question du vieillissement de la population – et a fortiori de l’hébergement des personnes âgées – représente donc un enjeu crucial pour l’avenir. Pourtant, le secteur des maisons de repos et des maisons de repos et de soins n’est pas en bonne santé et ne répond pas à la demande croissante.

Les petites structures avalées

Dans ce contexte difficile, certains tirent leur épingle du jeu : les sociétés privées commerciales, qui voient dans le secteur de l’hébergement un business juteux : investissement à long terme sans prise de risque, demande constante... Si elles ont toujours existé- à côté des autres opérateurs des maisons de repos (les ASBL, et les CPAS) elles se taillent une place de plus en plus grande sur le marché depuis quelques années. Il faut remonter à 2005 pour trouver une explication lorsqu’une pénurie de lits a été constatée. Dès lors, des fonds ont été dégagés pour permettre la transformation de lits des maisons de repos en lits de type maisons de repos et de soins (ceci afin de respecter le moratoire sur les places en maisons de repos). «  Pour cela, les établissement ont dû faire de gros frais et les petites maisons de repos, déjà commerciales pour la plupart, n’ont pas résisté. C’est alors que les holdings – de grands groupes européens - ont pris la main, voyant la manne céleste que cela pouvait représenter », rapporte Yves Hellendorf, permanent CNE. Aujourd’hui en Wallonie, 50 % des lits sont aux mains du secteur privé commercial (c’est le maximum légal). Et à Bruxelles elles constituent environ 65% des lieux d’hébergement pour personnes âgées.

Rentabilité à quel prix ?

Le secteur des maisons de repos émet ses craintes par rapport aux conséquences de cette mainmise du privé – dont par définition l’enjeu est la rentabilité – sur le bien-être des usagers. « Tout le monde ne pourra pas à l’avenir se payer un hébergement dans ce genre d’établissement », explique Anne Jaumotte, chargée de projet à ENEO, mouvement social des aînés. Et de craindre le développement d’un « système de soins de santé à deux vitesses ». D’autant que le risque est de voir ces investisseurs privés gagner le monopole de l’accueil des personnes âgées, à mesure que le financement public fait défaut, s’accordent à dire les professionnels du secteur. Ce qui ne va pas s’arranger avec le transfert des compétences prévus par la Réforme de l’Etat (qui prévoit des coupes budgétaires dans le secteur). Yves Hellendorf prévient : « On va le payer cher ! »

Manon Legrand

N’hésitez pas à laisser vos commentaires ci-dessous ou sur nos réseaux sociaux



Commentaires - 3 messages
  • C' est déjà un secteur dans lequel on supprime du personnel, on ne remplace plus le personnel partant à la retraite, mais si on privatise alors là que vont devenir nos aînés. À part remplir les poches de certains,je ne vois pas autre chose .Dans certains établissements c' est déjà une usine à (Vieux) ,pardonnez moi l' expression,alors........

    pluchegus jeudi 26 juin 2014 18:46
  • Maintenir un secteur non lucratif ou désinteressé ne pourra se faire qu'avec l'aide des pouvoirs politiques et de subsides.
    Quelle volonté réelle y a t il ?
    Travailler sur l'amont et retarder l'entrée dans ce type d'établissements (habitat kangourou, intergénérationnel, habitat partagé et adapté, aides à domicile...). Des idées surement à creuser.

    loubile lundi 1er septembre 2014 11:19
  • les maison de repos sont de plus en plus chères, de ce pas je pense que les enfants bientôt vont reprendre conscience et garderons leurs parents chez eux, comme il est dejà arrivé il y a une vingtaine d'années, la crisi économique actuel va amorcer une marche arrière dans le secteur, ce n'est pas plus mal!

    antoinette-marie jeudi 30 octobre 2014 09:07

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus