Du muguet pour les travailleurs

Du muguet pour les travailleurs

Cette année, les résidents actifs en animation de la MRS où je travaille ont offert une surprise aux membres du personnel présents : un brin de muguet. Une attention toute particulière où nous, professionnels du médical et du social, avons eu la larme à l’oeil.

Le 1e mai, il s’agit de la fête du travail. En général, le muguet est offert à nos proches sans penser que la fête concerne surtout les travailleurs. L’origine remonterait à la fin du 19ième siècle où de nombreux mouvements ouvriers ont manifesté pour obtenir une journée de travail de huit heures. Jadis non chômé ni rémunéré, le 1e mai a été déclaré férié qu’à partir de 1947. Pour la première fois, tous les travailleurs présents à la résidence ont eu droit à son petit bouquet tout frais. Et comment est-ce arrivé ?

Tout a débuté sur une conversation. Une famille très reconnaissante de nos soins apportés à leurs parents a commencé à parler de cette fête, de ses origines, de ses traditions avec d’autres résidents. Puis l’idée a germé dans la tête d’une résidente qui travaillait comme commerçante. Chaque année, elle avait l’habitude d’offrir un brin de muguet aux autres commerçants de sa rue et réciproquement. Elle s’est alors renseignée si le personnel recevait un tel geste, s’il était remercié pour toute l’attention qu’il accordait aux résidents dans l’année. Avec l’aide de cette famille, l’ancienne commerçante a ainsi monté une sorte de réunion avec la majorité des résidents afin d’autoriser l’achat de plusieurs brins de muguet.

L’équipe du matin a été la première étonnée. Certains résidents attendaient les aides-soignantes et les infirmières au tournant d’un couloir, une boîte à leurs côtés détenant le précieux trésor. Des rires sont apparus, nerveux et surpris, puis des larmes et des remerciements. Mes collègues de l’animation et moi-même étions les prochaines sur la liste, le coeur battant et l’émotion très présente en tenant le bouquet dans nos mains. Tout ceci s’est terminé en chanson tellement la reconnaissance nous portait.

Je ne m’y attendais pas, personne d’ailleurs. Pourquoi dans un certain sens ? Parce qu’il me semble rare aujourd’hui d’être véritablement remercié pour les actes que nous accomplissons. Les autres nous disent : « il est normal d’aider son prochain, il est normal de s’occuper de ses aînés. » Encore faut-il posséder l’amour et la volonté d’offrir du temps et de la patience à autrui.

Ce brin de muguet, ce geste simple apporte beaucoup pour nous, travailleurs du social et du médical. «  Merci pour tout ce que vous faites » ou «  Je vous adore » semblent n’être que des mots, mais ils sont très précieux dans notre cœur. Ce jour restera gravé à jamais dans ma mémoire, tout comme pour mes collègues.

L’éduc Touche-à-tout



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus