Elections : Lire et Ecrire veut la valorisation des métiers de l’alphabétisme

Elections : Lire et Ecrire veut la valorisation des métiers de l'alphabétisme

C’est au tour de Lire et Ecrire de transmettre son cahier de revendications aux partis politiques afin d’obtenir des engagements de leur part. Le message du mouvement est clair : le secteur de l’alphabétisation manque cruellement d’encadrement et de cohérence politique.

Mieux connaître la problématique

Lire et Ecrire veut que la création de deux observatoires régionaux et une structure de coordination au niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles soit inscrite dans les déclarations de politiques régionales.

L’objectif est multiple :
- permettre à chaque Région et à la Fédération Wallonie-Bruxelles de disposer des outils d’appui à la définition et au suivi de leurs politiques publiques
- établir un cahier des charges minimum commun afin de pouvoir agréger les données des deux Régions et avoir des outils de connaissance et d’analyse pour l’ensemble de la population
- assurer les articulations indispensables entre les politiques régionales (ISP, cohésion sociale, intégration,...) et les politiques communautaires culturelles et de l’enseignement, mais aussi avec les travaux du Comité de pilotage sur l’alphabétisation des adultes de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Professionnaliser les métiers de l’alphabétisme

Face aux politiques de marchandisation de la formation des adultes mais aussi aux politiques adéquationnistes limitant les apprentissages des langages fondamentaux à des fins strictement utilitaires, Lire et Ecrire demande que la Fédération Wallonie-Bruxelles appuie la valorisation et la professionnalisation de ces pratiques d’alphabétisation.

- [A lire] Quels enjeux pour le secteur de l’alphabétisation ?

Favoriser l’accès à la formation

Lire et Ecrire demande que les différents niveaux de pouvoir, y compris européen, agissent pour que :
- aucune condition statutaire (ou d’éligibilité) n’entrave l’accès à la formation en alphabétisation de chaque adulte qui le souhaite ;
- l’implication dans une formation d’alphabétisation puisse se faire au minimum avec un cout zéro (direct et indirect) pour l’apprenant ;
- l’offre soit renforcée là où elle est manifestement insuffisante ou inexistante, ce qui nécessite des moyens supplémentaires tant en volume de formation qu’en financement de travail sur l’émergence de la demande.

Plus de coordination des politiques publiques

Quel que soit le paysage institutionnel à l’issue des élections, Lire et Ecrire réclame que la coordination des politiques publiques soit renforcée, ce qui nécessite de :
- renforcer la coordination des politiques régionales en fonction de leurs spécificités de terrain et institutionnelles ;
- un Plan bruxellois pour l’alphabétisation ;
- un cadre législatif en Wallonie ;
- maintenir un lien fort au niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et particulièrement entre les politiques régionales et les politiques culturelles et d’éducation permanente, et, en matière de prévention de l’analphabétisme, avec les politiques d’enseignement ;
- concrétiser cette coordination à travers une stratégie d’action de législature et de plans d’actions annuels, suivis et évalués pour permettre l’adaptation aux besoins et opportunités.

Lire la totalité du mémorandum de Lire et Ecrire



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus