« Retour à la liste

Lieu de l'emploi
1060Saint-Gilles

Fonction
Infirmier(ère)

Type de contrat
Temps plein - CDD

Date de clôture des candidatures
02/10/22

Employeur
Dépannage d'Urgence de Nuit et Échanges
Avenue Henri jaspar, 124
1060 Saint-Gilles

Email

Activez javascript pour voir l'email

Infirmier(ère) Saint-Gilles Bruxelles 1060


Description de l’ASBL, institution

DUNE est une association active dans la réduction des risques liés aux usages de drogues en milieu précaire. Créé en 1998, l’asbl DUNE a débuté avec une équipe de travailleurs de rue. En 2002, elle ouvre le 1er comptoir d’échange de seringues à Bruxelles, le CLIP (Comptoir Local d’Information et de Prévention).

Agréée en 1998 comme service actif en matière de toxicomanie par la COCOF, DUNE se présente actuellement comme un dispositif de réduction des risques proposant une approche holistique de l’usager de drogues. La consommation de stupéfiants pouvant entraîner des dommages à différents niveaux (dépendance, lésions somatiques, risques psychosociaux), il importe de pouvoir travailler sur chacun d’eux. Au fil des ans, DUNE a dès lors développé un dispositif global de services (inconditionnels et gratuits) s’articulant entre eux pour former un ensemble cohérent destiné à rencontrer les besoins des usagers de drogues en situation de grande précarité et d’exclusion sociale, dont les conditions de vie occasionnent des risques sociaux, sanitaires et juridiques. DUNE occupe ainsi une place comme nul autre pareil à la lisière du bas-seuil et de la RDR, inscrivant son intervention dans ce que d’aucuns appellent la « ligne 0.5 ».

NOTRE PHILOSOPHIE D’INTERVENTION

Nos actions reposent sur les fondamentaux de la réduction des risques sociaux et sanitaires liés à la consommation de drogues en milieu précaire et ont donc comme objectif général de réduire la mortalité, la morbidité et l’exclusion sociale des usagers de drogues, en les considérant comme des citoyens à part entière, soucieux comme chacun de l’environnement et de la vie dans la cité.
Sur le terrain, cela se traduit par sur une approche non-directive, qui s’abstient de tout jugement ou discrimination quant à l’usage de drogues. Notre priorité est d’établir un lien de confiance avec nos bénéficiaires (le plus souvent en rupture avec les systèmes d’aide et de soin classiques), à travers l’accès anonyme, gratuit et inconditionnel à nos services.

En tant que service de la ligne 0,5, nous travaillons dans une logique de concertation et de relais vers le secteur des soins de santé, des services d’aide aux sans-abris et des structures dites « bas seuil ».

LE PUBLIC CIBLE
Notre public cible est composé d’usagers de drogues actifs en situation de grande précarité, de marginalité et d’exclusion pour lesquels l’accès aux soins est problématique. Leurs conditions de vie précaires (rue, squat…) les confrontent à des problèmes d’hygiène et à un état de santé souvent fort délabré. Les femmes représentent moins de 20% de notre public. Ces dernières années, nous rencontrons de plus en plus de jeunes de moins de 25 ans.

APPROCHE SPÉCIFIQUE DU PUBLIC

L’objectif premier de nos interventions est de (re)créer du lien avec des personnes qui ne vont pas vers les structures de soins et les services d’aide de première ligne. Ce processus d’accroche du public (à même la rue) permet de retisser progressivement les liens nécessaires à la mise en place d’un suivi, puis une réinscription dans les structures de soins classiques.
Nos interventions se situent dans un entre-deux, entre le monde de la rue et celui des institutions avec l’objectif de construire des ponts entre ces deux univers opposés, pour garantir l’accès aux soins aux plus précaires.
Ce travail est essentiel dans la mesure où un consommateur de drogues qui se réinscrit progressivement dans les dispositifs d’aide sociale et médicale sera plus en mesure de réguler sa consommation et prendra moins de risques pour lui-même et pour son entourage. Il sera aussi plus à même d’entamer un suivi thérapeutique pour soigner sa toxicomanie si son capital santé et son capital social, sont, au minimum, préservés.
Au contraire, un usager de drogues en situation de grande précarité et vivant dans l’isolement adoptera des pratiques de consommations dérégulées qui auront pour effet d’augmenter les risques de morbidité.

NOS ACTIONS

• Accès au matériel stérile (seringues, matériel de préparation, aluminium, paille, pipe) et à des containers de récupération de seringues usagées : au CLIP, situé près de la Porte de Hall et ouvert du lundi au vendredi en soirée (horaire adapté au rythme de vie du public), en rue et au Médibus.

• Salle d’accueil et information : le CLIP est aussi et surtout un lieu où les bénéficiaires peuvent se poser, un lieu où discuter autour d’une tasse de café, un cadre calme où ils ne sont pas confrontés à un quelconque jugement. C’est l’occasion de diffuser des messages de prévention et de réduction des risques sous la forme de brochures, d’affiches et de conseils pratiques, lors de discussions avec les travailleurs.

• Services d’hygiène : lessive, distribution de vêtements et douche, sont des services intégrés au dispositif d’accueil du CLIP, accessibles 6 jours sur 7 en soirée.

• Travail social de rue (écoute, information, soins, échange de matériel) : mené à pied, en soirée et l’après-midi, il permet d’aller à la rencontre des habitants de la rue, là où ils se trouvent, de maintenir le contact avec nos usagers, d’en rencontrer de nouveau et d’apporter une présence bienveillante sur les scènes ouvertes de consommation.

• Médibus : Depuis 2013, un mobile-home aménagé en comptoir de réduction des risques et infirmerie est présent deux après-midis par semaine sur la zone Ribaucourt-Yser, réputée pour son trafic et sa consommation. Le Médibus est accompagné d’une équipe de travailleurs de rue (en partenariat avec Transit) qui favorisent les relais.

• Dispensaire infirmier : lors des permanences au CLIP, des maraudes en rue et dans la Médibus, les infirmier·ère·s fournissent des soins et, par leur écoute active, gagnent la confiance des usagers permettant de les motiver à prendre soin de leur hygiène et de leur santé et d’entrer en dialogue quant à la réduction des risques liés à leur consommation.
• Consultation de médecine générale : gratuite et sans rendez-vous, les consultations bi-hebdomadaire permettent d’accrocher le public cible, de mettre en place un accompagnement médical adapté de proximité (en amont de la demande de traitement de la toxicomanie) et d’améliorer l’état de santé des patients (ex. dépistage HIV et hépatites, problèmes pulmonaires, abcès…). La présence d’un médecin à DUNE est indispensable pour aller plus loin avec le patient dans le traitement des problèmes somatiques qui nécessitent un diagnostic médical, des analyses et la prescription de médicaments.

• Guidance sociale et administrative : deux fois par semaine, le service social offre la possibilité d’entretien confidentiel en vue d’initier un suivi social. Si le bénéficiaire le souhaite, il sera possible d’entamer des démarches administratives en vue de refaire ses papiers d’identité, obtenir une carte d’aide médicale urgente, un revenu d’intégration sociale ou une médiation de dettes, recherche d’un lieu d’hébergement… Ce travail d’accompagnement social et administratif participe à l’amélioration de l’accès aux soins des bénéficiaires et à leur inscription dans les circuits classiques d’aide et de soins.

• Orientation et relais : élément essentiel de notre travail, le réseau de partenaires auxquels sont relayées certaines demandes de prise en charge sociale, psychologique ou médicale qui dépassent nos missions. Nous créons un réseau autour de l’usager et coordonnons les actions. L’orientation et le relais concernent tant les services spécialisés en toxicomanies (e.a. centre de délivrance de traitement de substitution, centres de sevrage), que toute spécialité médicale rencontrant les besoins des bénéficiaires (ex. dentisterie/stomatologie, cardiologie, radiologie, psychiatrie…) et les services sociaux de première ligne (CPAS, sociétés de logement…).

• Accompagnement psycho-social mobile : dans le cadre des relais réalisés, le bénéficiaire n’est pas envoyé vers un autre service, mais bien accompagné physiquement. Cet accompagnement par un travailleur facilite les contacts entre l’usager de drogues et les intervenants sociaux ou de la santé, qui ne sont pas toujours à l’aise avec les gens de la rue et les usagers de drogues.

• Pratiques participatives : DUNE s’implique dans le développement de la participation de ses bénéficiaires, à travers différentes actions : opérations de ramassage de seringues dans les espaces publics, les focus groupes où l’on fait appel au savoir expérientiel des usagers, opérations Boule-de-Neige, en tant qu’opérateur de Modus Vivendi (méthode de prévention par les pairs), des rencontres mensuelles thématiques, rédaction d’articles pour un magazine, atelier radio et bientôt, atelier « soin de soi » destiné aux femmes.

• Outils de diffusion d’informations : depuis 10 ans, nous éditons chaque année Le Bon Plan, un agenda doublé d’un répertoire et d’un plan reprenant plus de 150 points d’assistance sociale et médicale de première ligne à Bruxelles. Depuis 2017, le Bon Plan se décline aussi en application mobile. Nous proposons également une revue du web de la RdR, sur note page Facebook.

• Formation : nous organisons des formations modulables (1 à 3 journées) pour les professionnels confrontés aux usagers de drogues en errance (gardiens de parc, travailleurs sociaux, éducateurs de rue, agents des transports publics…). A rebours, cela permet à notre public d’être traité de manière moins méfiante et plus compréhensive sur les espaces publics qu’ils occupent. Par ailleurs, chaque année, nous effectuons des interventions de sensibilisation dans les écoles d’assistants sociaux, éducateurs et infirmiers, nous accueillons des stagiaires et des professionnels en immersion et nous intervenons dans des colloques ou revues.

• Réseau « Nomade » : réseau santé agréé par la COCOF, dont DUNE est promoteur, le Nomade offre un lieu de réflexion sur la thématique de la participation des bénéficiaires, un lieu de partage d’expériences et d’échange de pratiques entre professionnels (et bénéficiaires). Nous proposons des rencontres-débats (les Midis Nomades) ainsi qu’un répertoire d’initiatives participatives, disponible sur le site de DUNE.


Poste à pourvoir

Contrat : Temps plein - CDD

L’asbl DUNE engage un·e infirmier·ère en CDD à temps plein (38h) jusqu’au 31 août 2023, avec possibilité de reconduction en fonction des subventions. Engagement souhaité au plus vite. CV et lettre de motivation obligatoires.

L’infirmier·ère travaille sous la supervision du/de la Coordonnateur·trice du Pôle PMS. Sa fonction n’implique pas d’encadrement d’autres travailleurs ou travaill·euse. Néanmoins, comme tou·te·s les fonctions au sein du pôle PMS, le/la travailleu·r·se social·e est susceptible d’encadrer des stagiaires et des bénévoles.
L’infirmier ère a pour mission de contribuer activement à la réduction des dommages et risques liés aux usages des drogues auprès du public cible. Ces missions s’inscrivent dans la philosophie d’action et les valeurs décrites dans le projet institutionnel.

Il/Elle poursuit les objectifs suivants :  
• Accueillir et proposer une première écoute aux usager·ère·s de drogues dans les différents espaces (CLIP, Outreach, Permanence, etc.)
• Créer et maintenir le lien avec les usager·ère·s de drogues
• Dispenser des soins au dispensaire dans une optique de réductions des risques  
• Travailler à l’accès aux soins de santé des usager·ère·s de drogues vers la 1re ligne de soin
En fonction de son inscription dans l’organisation d’équipe (Voir organigramme en pièce jointe), les tâches décrites ci-dessous sont complétées et priorisées par le document « rôle référent ».

RESPONSABILITES
1. Prise en charge paramédicale
• Assurer les consultations paramédicale mises en place au CLIP, au Médibus ou en rue.
• Assurer l’ouverture des droits médicaux des usagers (AMU ; Carte médicale ; mutuelle…) 
• Elaborer des parcours de soin individuel et mettre en lien avec le réseau de soin (coordination et liaison) 
• Proposer et réaliser des dépistages HIV/Hépatites 
• Réaliser des soins de plaies complexes 
• Faciliter l’orientation du public vers les dispositifs de soins classiques (maisons médicales, hôpitaux, etc.) et le réseau bas seuil. 
• Informer et outiller le public concernant l’accès aux droits médicaux et réaliser le suivi administratif en lien avec le soutien de l’équipe (AMU, carte médicale)  

2. Assurer le travail de Liaison
• Accompagner les usager·ère·s dans le réseau de soin (CPAS, Planning, etc.)
• Contribuer activement ç la création, au suivi et au maintien suivi au sein du réseau (prise de rdv, organiser des concertations, etc.)

3. Assurer l’accueil au CLIP et au comptoir de réduction des risques 
• Accueillir le public au sein de l’espace communautaire 
• Ecouter les demandes et faire relais vers les différents services de l’association et les services externes  
• Informer le public sur les services disponibles et leur fonctionnement 
• Diffuser des messages de prévention et de réduction des risques 
• Distribuer et récupérer le matériel de réduction des risques 
• Assurer un accueil inclusif au sein de l’espace communautaire

4. Soutenir le développement des projets participatifs
• Animer les ateliers participatifs (Espace femme, Atelier radio, focus groupe, TAD, etc.)
• Se rendre disponible pour participer à la réflexion et l’évaluation des actions de cet axe de travail
• Porter et rendre visible la parole des usager·ère·s

5. Travail en équipe  
• Participation aux différents espaces de concertation et d’analyse des pratiques (réunion clinique, la réunion d’équipe hebdomadaire, la supervision clinique, les réunions institutionnelles, etc.)
• Travailler en équipe sur les dossiers individuels selon le système de référents
• Représentation de l’asbl dans certains organes et réunions dans le réseau 
• Se former et s’informer de manière continue sur les thématiques PMS en lien avec nos objets de travail.

6. Reporting  
• Assurer l’enregistrement des données liées aux consultations paramédicales, aux entretiens sociaux et aux échanges de matériel lors des CLIP, Médibus et rue (Chill et fiches d’encodage annuelles).

Les missions sont menées en équipe et supposent des prestations en soirée.

Pour un temps plein, le temps de travail est réparti du lundi au vendredi, avec prestations de maximum deux soirées par semaine.


Profil recherché, Compétences, Formations, Expérience

DUNE engage 1 infirmier·ère sous contrat à durée déterminée jusqu’au 31/08/2023, à temps plein (38h/semaine). Entrée en fonction souhaitée le plus tôt possible.

• Diplômes requis : infirmier·ère A1
• Langue française, orale et écrite. Toute autre langue est un atout. 
• Maîtrise des concepts, approches et outils en matière de prévention, de réduction des risques et de promotion de la santé 
• Système de santé belge et du secteur médical bruxellois  
• Logiciels de bureautique et de gestion de dossiers patients 
• Aspects déontologiques et éthiques
• Philosophie d’action de l’asbl et du projet institutionnel  
• Savoir écouter
• Construire un réseau
• Gérer les conflits
• Prendre du recul
• Faire preuve de créativité
• Coopérer
• Analyser


Comment postuler

Les candidat·e·s sont prié·e·s d'envoyer une lettre de motivation et leur CV à l'attention de Monsieur Christopher Collin, directeur, via l'adresse suivante : admin-rh@dune-asbl.be

Date de clôture des candidatures :

N'oubliez surtout pas de faire référence au Guide Social lors de l'envoi de votre candidature : c'est déjà un gage de sérieux de votre part.

(publié le )
Employeur

Avenue Henri jaspar, 124
1060 Saint-Gilles
Email :

Activez javascript pour voir l'email




En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus