Le burn-out professionnel coûterait plus cher que le chômage

Le burn-out professionnel coûterait plus cher que le chômage

La Belgique a connu un record de travailleurs malades en 2015. Une situation que la ministre de la Santé Maggie De Block considère comme problématique et dont les causes se trouvent essentiellement dans le burn-out.

Au total, la Belgique compte 335 000 travailleurs malades de longue durée, soit 8% des personnes actives. Le coût des travailleurs en incapacité s’élève à plus de 6 milliards d’euros face à des allocations de chômage en baisse de 5,7 milliards d’euros. Les travailleurs malades reviennent donc cette année plus chers aux autorités que les chômeurs. Il apparaît aussi qu’un tiers de ces travailleurs malades souffrent de burn-out. Quelles pistes envisager pour mieux contrer le problème ? Le monde de l’entreprise, le gouvernement et les professionnels de la santé sont concernés par la question.

Responsabiliser l’employeur

Le burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel doit être pris en charge par des actions de prévention à déployer sur le lieu de travail. Un avis partagé par des spécialistes de la santé mais aussi par les mutualités socialistes, dont Solidaris qui plaide pour la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle afin de responsabiliser plus l’employeur. Car, si les indemnités de maladie longue durée relevaient des cotisations patronales, les managers mettraient en œuvre les moyens nécessaires pour éviter la spirale infernale qu’est celle du burn-out à ces travailleurs.

"Pas tellement une maladie professionnelle"

Pour le gouvernement, il ne s’agit pas directement d’une maladie professionnelle mais plutôt d’affirmer que le travail est l’une des causes du burn-out. Cet état nécessite plutôt de prendre des mesures préventives, comme avec le fonds des maladies professionnelles, selon la ministre de la Santé Maggie De Block.

Un mal être nécessitant souvent l’aide d’un professionnel

Le remède miracle n’existe pas mais les professionnels de la santé peuvent accompagner leurs patients dans cette démarche. Comment ? En amenant dans un premier temps le patient à réaliser un travail sur soi, prendre soin de soi, se reposer, retrouver les plaisirs simples de la vie, avoir une activité physique,...L’avis d’un psychothérapeute peut aussi être complémentaire. Ils permettra de faire un travail en amont et comprendre ce qui a mené au burn-out afin de mettre en place des stratégies pour éviter que cela ne se reproduise, par exemple en organisant son travail autrement, en ayant des attentes moins importantes,...

Un questionnaire pour détecter de manière précoce le burn- out

Cet outil de prévention a été développé par l’université de Liège en collaboration avec SPMT-Arista, le Service externe de prévention et de protection au travail qui intervient auprès de quelque 18.000 entreprises belges. En place depuis mars, le test est uniquement utilisé lorsqu’il y a une suspicion de burn-out. A l’avenir, il devrait être généralisé de manière automatique à tous les travailleurs.



Commentaires - 5 messages
  • Le burn out est la conséquence directe d'un monde du travail devenu fou. Des travailleurs censé travailler 8h par jour travaillent en réalité 10h et plus, sont "sanctionnés" si il quittent le travail avant 18h... menacé de licenciement "pour manque de productivité" etc etc A côté de cela, des centaines de chômeurs désespèrent de trouver un emploi. Je reçois en consultation des personnes désemparée, en recherche de "bien être"... Mais si ce régime de travail perdure, impossible de se détendre en privé... A quand un contrôle réel du temps de travail?

    lukyluke mercredi 23 décembre 2015 08:56
  • Une bonne relation de la hiérarchie avec les subordonnés est essentielle: le chef fait-il plus de feed back positifs que négatifs?, et comment ceux-ci sont ils faits?, avec des indications concrètes pour mieux faire et des encouragements ou en écrasant la personne considérée comme incapable? Il y a aussi les rumeurs ou les accusations prises pour argent comptant sans vérification ou écoute de la personne concernée.
    On est souvent capable de beaucoup d'efforts et de travail dans un contexte relationnel positif et motivant, je pense que celui-ci est, pour beaucoup de personnes, plus important que l'intérêt en soi du travail demandé.
    Il y a beaucoup de souffrances dans le monde du travail (ailleurs aussi) dues à des relations et de la communication difficiles ou distordues.
    Soyons positifs, souriants, collaborants, confiants dans la capacite des autres à s'investir, ceci tant horizontalement que de la base au sommet de la hiérarchie!
    Nous sommes tous et chacun responsables de notre bonheur individuel et de celui de la collectivité, agissons en conséquence.

    Florencead100 jeudi 24 décembre 2015 10:57
  • Je corrige: nous sommes tous et chacun "coresponsables".

    Florencead100 jeudi 24 décembre 2015 11:47
  • The current Belgian system of easy access to benefits encourages people to use the possibilities not to work. The word 'burnout' is in fashion. The reality is that it much too easy to claim long term sickness. Work a year, take a year off - either sick or on chomage. Any doctor can sign a certificate for a month or more. On chomage: you can travel the world before the 7 or 8 months it takes to be called for interview. The solution absolutely is in preventive measures and a change in attitudes.. For example, any work absence for sickness, of more than 10 working days, should need the critical confirmation from a second doctor on behalf of the secretariat sociale - with further medical visits every 2 weeks thereafter.. Chomage : it should mean there is close follow up of each person with official interviews at least every month, more if possible, to help find job opportunities and training courses.

    cr jeudi 24 décembre 2015 16:22
  • Dans les mesures mises en place actuellement, on oublie que le burn-out peut aussi être la conséquence d'une personne malveillante et manipulatrice. Or lorsque cette personne représente la hiérarchie tout l'aspect préventif n'a aucun sens! Quand dans une même société plusieurs personnes sont en burn-out, c'est le management qui fait défaut et non pas l'employé qui gère mal son travail!

    fucklecmap dimanche 27 décembre 2015 23:56

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.