Le secteur gériatrique en proie à des actions de protestation

Le secteur gériatrique en proie à des actions de protestation

Ces derniers jours, plusieurs actions de protestation ont pris place dans des services de soins de santé destinés aux personnes âgées. Y sont entre autres choses dénoncés la charge de travail et le manque d’effectifs.

Alors que le vieillissement de la population est de plus en plus vu comme une opportunité à saisir pour le secteur des services et soins aux personnes âgées, ces mêmes services doivent faire face dernièrement à des troubles sociaux.

7e jour de grève à l’hôpital Saint-Joseph à Liège

Aussi, le personnel infirmier du service de gériatrie et chirurgie de l’hôpital Saint-Joseph à Liège est en grève depuis une semaine. Les grévistes protestent contre la décision de la direction de transformer ce service mixte exclusivement en unité de gériatrie, sans augmentation de personnel et alors que ces patients âgés de 75 ans et plus requièrent des soins particuliers.

Au micro de la télévision locale liégeoise RTC, Rosa Navarro, déléguée CNE, explique leurs revendications : “Nous fonctionnons actuellement à 5 infirmières le matin, 4 l’après-midi et deux la nuit . Pour un service comprenant au total 41 lits de gériatrie, nous demandons d’être 7 le matin, 5 l’après-midi et 3 la nuit afin de pouvoir assurer des soins de qualité.”

“C’est inhumain de faire des soins comme ça”

Toujours pour RTC, Rosi Reina-Galand, quant à elle déléguée SETca, estime que la direction ne se rend pas compte de la charge de travail : “Quand elles ne sont que deux la nuit, elles n’arrivent déjà pas à changer tous les patients. C’est inadmissible. Une personne âgée qui a un lange doit pouvoir être changée, même plusieurs fois par nuit. Alors, imaginez une infirmière, seule, qui doit changer une personne de 100-120 kg. En la tournant, elle lui fera mal. C’est inhumain de faire des soins comme ça”.

La direction de l’hôpital déplore le fait qu’un mouvement de grève a pris place alors que l’activité à 41 lits de gériatrie ne sera effective qu’au mois d’avril. De plus, le directeur du site Saint-Joseph Frédéric Carrier, dit faire mieux que les normes de financement en vigueur, avec 26 équivalents temps-plein pour 41 lits de gériatrie : “il est clair par contre que nous avons fait différentes propositions aux délégations syndicales quand nous les avons rencontrées, notamment de renforcer le service en matinée et en soirée, tout en restant dans le budget qui est alloué. Concrètement, cela signifierait de mettre une personne plus tôt le matin au moment des toilettes et du déjeuner et de même le soir pour la remise au lit des patients” explique-t-il à RTC Télé Liège.

Dialogue social mis à mal chez Orpea

Le groupe Orpea et la cinquantaine de maisons de repos qu’il compte est lui aussi en proie à un conflit social, notamment sur les sites d’Uccle et d’Anderlecht.

Le personnel dénonce dans un communiqué des conditions de travail déplorables et le manque de reconnaissance de la part de la direction. Réunis en front commun, les syndicats ont déposé à cet égard un cahier de revendications touchant au pouvoir d’achat, au temps de travail, à la charge de travail et à la disposition de matériel en suffisance. Les syndicats veulent aussi que l’entreprise crée 20 emplois subsidiés.

58 établissements, 6700 lits et des bénéfices en hausse

Pour l’heure, la direction a rejeté les revendications syndicales. Ce qui encourage les syndicats à poursuivre leur mobilisation au sein des maisons de repos. Des actions, avec arrêts de travail, sont d’ailleurs annoncées dès ce mardi et les jours suivants.

D’autant plus que le groupe commercial Orpea, spécialisé dans les maisons de retraite médicalisées (MR et MRS), ainsi que dans les cliniques de soins de suite et de réadaptation (SSR) et psychiatriques, multiplie les acquisitions à l’étranger, en Europe et jusqu’en Chine. La société cotée en bourse annonce par ailleurs un chiffre d’affaires en hausse constante, selon des informations publiées sur le site de la RTBF.

Infirmiers, aides-soignants, personnel médical,... ils sont près de 3000 à travailler dans les établissements du groupe Orpea. Et si à l’instar de la protestation en cours à l’hôpital Saint-Joseph à Liège, ils dénoncent les conditions de travail, ils espèrent néanmoins rapidement se remettre autour de la table avec la direction afin que le dialogue social se rétablisse...

Delphine Hotua



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.