Une avancée notable pour l'égalité des genres

Une avancée notable pour l'égalité des genres

Le "Décret Genre" a été adopté en janvier 2016. Il a pour but de limité les inégalités de genre au sein de la société, notamment en politique, ainsi que dans la prise de décision.

Encore aujourd’hui, l’égalité entre les hommes et les femmes peut paraître utopique, surtout dans le monde professionnel. Ce n’est pas un secret : les discriminations économiques et sociales persistent au sein de notre société. Pourtant, en janvier 2016, le gouvernement a adopté le "décret genre". Il a été porté par Isabelle Simonis, ministre des droits des femmes, qui est aujourd’hui en charge de fixer un cadre de travail pour mettre en œuvre ce décret. Dès lors, le Gouvernement vient d’adopter, en 3ème et dernière lecture, 2 arrêtés d’exécution qui définissent les modalités d’application du décret.

Le "test genre"

D’ici la fin du mois de mai, chaque mesure ou acte émanant du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles sera soumis au « test genre » qui permettra de mesurer son impact sur la situation respective des femmes et des hommes. Pour cela une cellule d’appui composée de 2 ETP vient d’être créée au sein du Ministère. Elle travaille actuellement sur l’élaboration d’un vade-mecum et d’un formulaire intelligent qui seront prochainement transmis à l’ensemble des cabinets ministériels et aux fonctionnaires généraux.

La ministre précise « À titre d’exemple, si je désire modifier le décret relatif à l’Enseignement de Promotion sociale, je devrai entre autres analyser la situation des hommes et des femmes dans ce secteur : la proportion hommes-femmes qui enseignent mais aussi fréquentent ce type d’enseignement, les catégories de diplômes obtenus ou encore les taux de réussite. Je devrai ensuite identifier si d’éventuelles différences émergent entre les sexes et, si c’est le cas, envisager d’éventuelles mesures compensatoires pour y remédier »

Des formations

Un budget de 30.000 euros a par ailleurs été affecté à l’organisation de formations à destination des agents en charge de remplir le test dans les différents départements de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Aujourd’hui, environ 40 personnes ont déjà été formées et 200 devraient encore l’être d’ici fin 2017.

Le concept de "gender budgeting"

L’élaboration du "gender budgeting" ou l’analyse genrée du budget vient de démarrer. Il s’agit de catégoriser les articles du budget des dépenses selon l’impact observé en termes d’égalité entre les hommes et les femmes. Vu l’ampleur et la complexité de la tâche, le « gender budgeting » sera implémenté de manière progressive, parallèlement au processus de formation des agents, afin de couvrir l’ensemble du budget avant la fin de la législature.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.