2 nouvelles maisons médicales vont voir le jour à Bruxelles

2 nouvelles maisons médicales vont voir le jour à Bruxelles

Pour répondre aux difficultés d’accès aux soins de santé d’un nombre croissant de Bruxellois, l’ONG Médecins du Monde a décidé d’ouvrir 2 maisons médicales dans la capitale.

L’ONG Médecins du Monde a décidé de mettre sur pied 2 maisons médicales à Bruxelles. L’objectif est de mieux gérer l’afflux toujours plus important de patients en situation de pauvreté qui frappent à sa porte, a-t-elle indiqué vendredi dans un communiqué. La première maison médicale ouvrira ses portes en mai 2017.

Centres sociaux et de santé intégrés

Médecins du monde, avec le partenariat et le soutien de nombreux acteurs de l’ambulatoire bruxellois, a obtenu un financement du Fonds Européen de développement régional (FEDER) pour la création du 2 "Centres sociaux et de santé intégrés" à Bruxelles. Ces 2 centres ouvriront bientôt leurs portes, l’un à Molenbeek et l’autre à Anderlecht. A Molenbeek, le centre sera composé d’associations existantes : un service de santé mentale, un Planning Familial, un Centre d’action sociale globale, un service d’aide aux toxicomanes, et une maison médicale "à créer". L’ensemble de ces associations vont emménager dans un lieu commun avec pour objectif de renforcer les liens, soutenir l’interdisciplinarité et l’accès aux services et soins pour tous. A Anderlecht, une nouvelle équipe se développera autour d’un nouveau projet global et intégré.

Objectifs

Les 2 projets ont pour vocation d’être des centres de quartier, à mixité sociale et culturelle. Une attention particulière sera accordée à la question de l’accessibilité à tous et notamment des publics fragilisés. Ces maisons médicales seront amenées à intégrer au fil des mois une série de bénévoles travaillant à différents niveaux de la structure. L’un des objectifs est d’offrir une démarche pluridisciplinaire et de collaboration avec d’autres secteurs d’aide sociale et de soins aux personnes.

Palier la saturation

"Nous ne le faisons pas pour le plaisir d’ouvrir ces nouveaux centres, mais bien parce que nous constatons que la saturation de la première ligne de soins de santé conduit à en exclure les personnes en situation de pauvreté ou de précarité. La volonté de Madame De Block est-elle que ces patients se rendent aux urgences dans un état de santé tellement dégradé que leur pronostic vital est engagé ?", s’interroge Nel Vandevannet, directrice des projets belges de l’ONG. Pour rappel, fin de l’année dernière, la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block avait décidé de réaliser une économie de 7 millions d’euros sur les maisons médicales et, jusqu’à nouvel ordre, de ne plus accorder aucune reconnaissance pour de tels centres. L’organisation n’a donc, selon elle, pas d’autre choix que d’ouvrir elle-même des maisons médicales supplémentaires.

Médecins du monde

En plus d’offrir une assistance médicale, l’ONG aide également les personnes nécessiteuses à se remettre en ordre administrativement, de sorte qu’elles soient en règle de mutuelle et qu’elles aient accès aux soins de santé. "Il faut parfois des mois pour parvenir à référencer un patient dans le système de santé, et le succès n’est jamais garanti. Résultat : le nombre de personnes précaires qui se retrouvent exclues de l’accès aux soins ne cesse d’augmenter", regrette l’association. L’ONG signale encore qu’elle doit de plus en plus souvent intervenir dans la prise en charge des médicaments. L’an dernier, Médecins du Monde a ainsi payé pour quelque 105.000 euros de médicaments au bénéfice de patients incapables de les payer eux-mêmes.

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.