La plateforme Stop AttestationS tape du poing sur la table

La plateforme Stop AttestationS tape du poing sur la table

La plateforme Stop AttestationS tape du poing sur la table car elle refuse de devenir un agent de contrôle de son propre public.

La plateforme Stop AttestationS, formée de neuf associations d’alphabétisation, tenait une conférence de presse ce 10 mai sur les difficultés que rencontrent les publics en alphabétisation à produire toujours plus de documents pour les organismes sociaux.

Fournir toujours plus de documents

En 2004 était introduit le Plan d’accompagnement des chômeurs et l’activation des usagers des CPAS. Depuis, les demandeurs d’emplois sont contrôlés et suivis de manière très rigoureuse. Cela engendre des conséquences négatives sur le secteur de l’alphabétisation et les personnes illettrées qui en pâtissent. En effet, la plateforme constate une nette recrudescence des demandes d’attestations d’inscription et de fréquentation aux formations.

Un effet boule de neige

Cette surcharge administrative est non seulement difficile à gérer pour la plateforme, mais à cela s’ajoute des situations humaines plus délicates encore. Si les attestations ne sont pas fournies, les personnes risquent d’être exclues du chômage ou d’être sanctionnées par les CPAS. Les associations refusent de devenir les agents de contrôle de leur propre public, elles en ont assez.

Des attestations, oui. Pour tout, non.

Hughes Estéveny, coordinateur général sociopolitique de l’association Lire et Ecrire Bruxelles, explique que la plateforme n’est pas contre toutes les attestations. Le problème est la surcharge de documents. « Délivrer des attestations d’inscription ou de fin de formation ne nous pose pas de problème, mais nous sommes contre des attestations de présence aux activités. Notre travail est de former les gens, pas de remplir des formulaires avec eux. Sanctionner et précariser davantage un public adulte déjà démuni n’aide pas à le motiver », explique-t-il.

Sur la base de ces constatations, Stop AttestationS a proposé une attestation-type, censée répondre d’une part aux attentes des personnes analphabètes et d’autre part, à partager son point de vue sur le sujet avec les agents d’Actiris, de l’Onem ou des CPAS.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.