Le Pacte pour l’Excellence tiendra-t-il compte des enfants à besoins spécifiques ?

Le Pacte pour l'Excellence tiendra-t-il compte des enfants à besoins spécifiques ?

La ministre de l’enseignement de la FWB, Marie-Martine Schyns, travaille depuis plusieurs mois au Pacte pour un enseignement d’excellence. Cependant, le secteur s’inquiète de savoir si les enfants atteints d’une déficience mentale seront pris en compte.

En septembre ouvraient deux classes à l’Institut Decroly, en vue de permettre l’inclusion des enfants autistes, comme l’avait promis la ministre bruxelloise en charge, Céline Frémault. Depuis quelques mois, au niveau de la FWB, la ministre de l’enseignement, Marie-Martine Schyns, travaille au Pacte pour un enseignement d’excellence. Cependant, les parents et les professionnels veulent s’assurer que dans le texte seront clairement repris les enfants porteurs d’un handicap mental. L’ASBL Inclusion a lancé une pétition et a rencontré la ministre.

L’ASBL

L’ASBL Inclusion est une association qui rassemble des personnes porteuses d’un handicap mental, leurs familles, les professionnels qui les suivent et qui défend et valorise la participation de ces personnes à la vie sociétale. Le 27 octobre dernier, une délégation de l’ASBL a rencontré la ministre de l’enseignement, pour lui remettre la pétition qu’elle a lancé à propos du Pacte pour un enseignement d’excellence, lequel sera établi par la ministre. Cette dernière a entendu les inquiétudes du secteur et l’ASBL suivra l’évolution du dossier de près, afin de s’assurer que les enfants seront inclus dans la vie scolaire.

Un manque de consultation

Pour Inclusions, « Les familles des enfants en situation de handicap mental n’ont pas été consultées malgré nos demandes répétées pour rencontrer les membres du Cabinet de la Ministre de l’Éducation. Alors que les travaux des experts sont sur le point d’aboutir, il est urgent et indispensable que nos demandes puissent être entendues ». L’association craint que l’inclusion scolaire promue par le Pacte « ne soit pas envisagée de manière large mais vise plutôt les élèves à besoins spécifiques en dehors de la sphère de la déficience intellectuelle. »

Renverser la situation

A l’heure actuelle, seuls les Centres PMS et les écoles peuvent donner leur feu vert pour l’intégration d’un enfant porteur d’un handicap dans une école ordinaire. Le secteur souhaite que la situation change, afin de donner un choix d’option aux parents. Les écoles incluraient donc automatiquement tous les enfants, sauf dans le cas où ces derniers, porteurs d’un handicap trop lourd, demanderaient des aménagements trop spécifiques à l’école. Pour Inclusion, « Ce principe doit s’appliquer aux différents niveaux de l’enseignement (maternel, primaire et secondaire) et pour tous les différents types de besoins spécifiques (types 1 à 8). »

Lien vers la pétition : ici



Commentaires - 1 message
  • Ras le bol de ce gouvernement qui se moque de mon enfants ainsi que de ses soeurs et frères de combat. Mon enfant n'a pas de handicap mentale, elle a juste des troubles du trouble du spectre de l'autisme et en entendant hier sur une radio que Madame La Ministre veut faire de l'inclusion, je ne savais pas si je devais rire ou pleurer, ou piquer une colère !!!! Des années qui joue avec l'espoir des parents !!! Et maintenant un effet de manche pré électorale !!!! Non mais de qui se moque-t-on alors qu'on sait qu'il n'y a ni moyens humains, ni moyens financiers, ni volonté politique !!!! Vraiment je me demande si ce gouvernement en tout cas en Wallonie à quelque chose dans le crâne ou adore torturer les parents comme moi !!!!! Désolée du coup de gueule mais vraiment j'en ai assez !!!

    Tchounette mercredi 3 mai 2017 16:13

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.