Maggie De Block impose la formation continue aux médecins de première ligne

Maggie De Block impose la formation continue aux médecins de première ligne

Les 4.000 à 5.000 médecins généralistes sans cabinet de consultation verront leurs conditions d’agrément s’assouplir au moyen d’un arrêté ministériel. À l’avenir, une seule exigence générale s’appliquera encore : le médecin généraliste agréé devra rester compétent pendant toute sa carrière et veiller à sa formation continue.

"De cette manière, nos médecins de première ligne, les généralistes qui exercent comme médecins du travail, dans une école ou dans un centre de planning familial, par exemple, pourront poursuivre leurs tâches. Ces médecins apportent une contribution précieuse à nos soins de santé, mais en dehors de la pratique classique de première ligne. Grâce à ce nouvel arrêté ministériel, ils conserveront également toute la sécurité juridique", a expliqué la ministre des Affaires sociales Maggie De Block dans un communiqué.

Une situation compliquée pour les médecins depuis 2011

Depuis le 1er janvier 2011, 4 critères d’agrément avaient été déterminés pour tous les médecins généralistes : le suivi d’une formation continue, la tenue des dossiers et mise à jour des patients, le service de garde organisé par des généralistes agréés ainsi qu’un minimum de 500 consultations annuelles. Ce dernier critère était particulièrement difficile à suivre. Les contacts avec les patients par exemple doivent être d’au moins 500 en un an au cours des cinq dernières années. A ce terme, ceux qui ne sont pas en ordre ont encore deux ans pour modifier la situation.

Dorénavant, plutôt que d’obliger chaque médecin à détailler sa situation particulière devant la commission, la ministre de la Santé a décidé de diminuer cette menace des 500 consultations. "Une précision encore : si des médecins perdent leur agrément, cela ne rend pas celui-ci disponible pour de futurs médecins en formation", précisent les informations.

Avis du Conseil supérieur des médecins

Le Conseil supérieur des médecins spécialistes conseille "de s’éloigner" des mesures de l’arrêté ministériel de 2010 et d’instaurer "un nouveau système, plus flexible, de critères et de conditions concernant l’exercice de la profession". Le Conseil d’État a également rendu un avis, qui a été suivi. Dorénavant, tous les médecins de première ligne auront la possibilité de garder leur agrément à condition de veiller à leur formation continue. L’arrêté ministériel sera publié sous peu.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.