Aider une famille monoparentale, un leurre ?

Aider une famille monoparentale, un leurre ?

En tant qu’assistante sociale en périnatalité et en planning familial, je rencontre de plus en plus de familles monoparentales en difficultés financières. Les aides que je peux leur proposer, sont infimes par rapport à la précarité qu’elles vivent.

Je suis confrontée très régulièrement à des femmes qui vivent seules avec leur enfant. Elles viennent me demander de l’aide, tant d’un point de vue éducatif, que d’un point de vue financier. En Belgique, ce type de situation est relativement peu pris en charge par les pouvoirs publics. Je dois donc anticiper au maximum l’avenir de ces familles monoparentales, de ces femmes et faire certaines démarches qui n’auront un impact que dans plusieurs années.

- Parent’aise...un nouveau lieu d’accueil parents bébés dans les Marolles
- Une nouvelle crèche ouvre à Ittre

Précarité

Dans le cadre de mon travail avec des jeunes mamans, j’ai rencontré plusieurs femmes élevant seules leur enfant. Il m’a donc été donné de constater que les familles monoparentales sont particulièrement vulnérables. Elles doivent faire face seule aux factures du quotidien. De plus, en dehors d’une majoration des allocations familiales, il n’existe aucune aide financière spécifique. Je conseille toujours aux mamans d’aller au CPAS, l’objectif étant de s’assurer qu’elles n’ont pas droit à une aide financière dans certaines charges locatives ou dans des frais médicaux. Je vérifie également avec elles, si elles ne peuvent pas avoir un statut Omnio à la mutuelle. Pour l’obtenir, il faut disposer de faibles revenus. Le statut Omnio permet d’alléger les dépenses en soins médicaux. Même si ces aides existent, elles ne diminuent cependant pas concrètement la précarité de ces ménages.

L’inscription en crèche

Pour les familles monoparentales que je rencontre et qui sont très précarisées, l’inscription en crèche est difficile à concevoir. Souvent sans emploi, l’idée d’avoir besoin d’un mode de garde n’est pas prioritaire. Les listes d’attente des crèches étant longue, je dois travailler avec la maman pour son ’inscription en crèche dès sa grossesse afin d’anticiper un emploi potentiel. Cela implique également de ma part, un accompagnement dans un projet de réinsertion professionnelle.

L’accès au logement

L’accès aux logements sociaux demande plusieurs années d’attente. Il parait, parfois, irréaliste de s’y inscrire vu le délai. Néanmoins, j’invite les familles monoparentales à le faire car même si le problème de logement n’est pas réglé immédiatement, il permet d’anticiper une solution dans le futur. Je les accompagne dans les démarches afin de m’assurer qu’elles ont bien tous les points auxquels elles ont droits. En effet, les logements sociaux fonctionnent par l’attribution de points qui vont dépendre de la situation familiale, de la situation médicale, de l’ancienneté sur la liste d’attente ... Une société de logements sociaux du Brabant wallon m’a dit que pour avoir un logement, il faut avoir aux alentours des 10 points. L’attente est donc longue.

Un accompagnement

Certains services peuvent aider dans l’accompagnement à l’éducation soit via un service de première ligne comme les services d’aide en milieu ouvert (AMO), soit via des services mandatés par le service de l’aide à la jeunesse (SAJ) quand la situation est plus critique. D’autres vont proposer une aide avant la naissance, comme Bébé Accueil en Brabant wallon. Il s’agit d’un service composé d’une équipe pluridisciplinaire, dont je fais partie, qui peut intervenir dès le début de la grossesse et jusqu’au 2 ans 1/2 de l’enfant. Mais encore ...

Depuis des années, il n’y a aucune politique d’aide pour améliorer les situations précaires des familles monoparentales. Un accès plus rapide au logement social, une place d’urgence en crèche et des aides financières pourraient déjà diminuer leur seuil de pauvreté. Ces familles se sentent souvent seules et ont un besoin d’écoute et d’empathie. Une association devrait se créer afin qu’en tant que professionnels, nous puissions rediriger le parent vers des groupes de paroles. Cela permettrait de rompre sa solitude et de pouvoir échanger avec des personnes qui vivent la même chose que lui.

CD, assistante sociale

[A Lire]

- Le placement en urgence, décision difficile à prendre !
- Le placement en maison de repos après une hospitalisation
- Distribution de la pilule du lendemain au sein du planning familial.



Ajouter un commentaire à l'article




Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.