Bonne gouvernance : des zones d’ombre sur les ASBL concernées

Bonne gouvernance : des zones d'ombre sur les ASBL concernées

De nouvelles obligations en matière de bonne gouvernance et d’éthique s’imposent à certaines ASBL. Un flou juridique persiste néanmoins sur les structures concernées. [Un article de monasbl.be]

Les scandales qui ont secoué le secteur non marchand ces dernières années ont finalement abouti au lancement d’un chantier législatif, en Wallonie et à Bruxelles, visant à garantir la transparence au sein des ASBL liées au pouvoir communal ou provincial.

De nouvelles obligations depuis le 1er janvier 2019

Certaines structures doivent désormais répondre à de nouvelles obligations en matière d’éthique et de bonne gouvernance. Si en Wallonie ces mesures sont en vigueur depuis le 1er juillet dernier, à Bruxelles elles doivent être respectées depuis le 1er janvier 2019.

Ces mesures concernent :

De nouvelles incompatibilités pour les mandataires « de toute autre structure soumise à la tutelle du Gouvernement, des Collèges communautaires ou du Collège réuni » (ordonnances 12 et 19 juillet 2018) ; Un nouveau contrat de gestion entre les ASBL communale et les autorités concernées (ordonnance 5 juillet 2018).

Un flou juridique sur les ASBL exemptées

Sur son site, la Confédération des Employeurs du secteur Sportif et SocioCulturel (Cessoc) met en lumière le manque d’information concernant les ASBL exemptées de ces nouvelles obligations.

« Plusieurs ASBL du secteur socio-culturel risquent d’entrer dans le champ d’application des nouvelles dispositions wallonnes ou bruxelloises, même si les modifications, telles que rédigées, laissent planer un doute. Il s’agit essentiellement d’ASBL communales », explique la Cessoc.

Et de continuer : « Tant en Région Wallonne qu’à Bruxelles, des exemptions sont organisées pour les ASBL disposant d’un cadre légal spécifique (p.ex. Décret sur les Centres culturels, Décret sur les Centres sportifs, …). Toutefois, les textes ne permettent pas d’en déterminer l’étendue exacte ».

La Cessoc annonce avoir interpellé « les autorités compétentes pour confirmer que les exemptions accordées concernent bien l’ensemble des obligations reprises dans les nouvelles dispositions du Code de la Démocratie Locale en Région Wallonne et dans les ordonnances des 12 et 19 juillet 2018 à Bruxelles ».

... Lire la suite de l’article sur le site de monasbl.be



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus