Etat des lieux sur le titre non protégé de la profession d'éducateur spécialisé

Etat des lieux sur le titre non protégé de la profession d'éducateur spécialisé

La profession d’éducateur est ouverte à presque tous pourvu d’être détendeur d’un diplôme de type social. Cette confusion trouve son origine dans un titre professionnel non protégé. Ainsi l’éducateur spécialisé se retrouve sous contrat de travail pour lequel il est surqualifié et /ou sous-payé.

Il existe différents types d’éducateurs au niveau de la formation. Que cette dernière soit dispensée au niveau des humanités secondaires inférieures ou supérieures ou qu’elle nécessite l’obtention d’un bachelier, le niveau d’exigence est différent. Cette différence va de soi mais est peu visible dans le monde du travail où agent d’éducation, éducateur spécialisé, assistant social, instituteur… peuvent chacun postuler à un emploi d’éducateur.

[DOSSIER]

- Non, tout le monde ne peut pas être éducateur
- Éducateur spécialisé... oui, mais en quoi ?
- L’éducateur et la sexualité de la personne handicapée, tabou ou hypocrisie ?

Quand la rigueur budgétaire s’en mêle

Les rigueurs budgétaires des institutions amènent les responsables à privilégier l’engagement d’agents d’éducation, peu importe le niveau du diplôme obtenu et la spécificité des tâches exigées. L’éducateur spécialisé se retrouve ainsi par défaut à accepter un contrat de travail pour un emploi pour lequel il est surqualifié et/ou sous payé.

De plus, les contrats de travail de type ACS peuvent flouer la réalité. Au départ, mesure de remise au travail des chômeurs éloignés du monde du travail, ces contrats sont devenus une aide structurelle au secteur non marchand. Les exigences du recrutement n’étant pas uniquement la recherche de la qualification par rapport au poste mais aussi le respect des conditions du contrat proposé.

Quand le flou règne

Le titre d’éducateur spécialisé est un titre non protégé, c’est-à-dire que pour un poste vacant, toute personne ayant un diplôme à caractère social ou pédagogique peut prétendre à cet emploi.

Or, bien que certaines formations présentent des similitudes, elles n’en restent pas moins différentes dans leurs objectifs et leur méthode de travail. Ainsi si les cours de psychologie du développement de l’enfant sont dispensés chez les assistants sociaux et les éducateurs, les méthodes de travail et utilisation de ces apports théoriques seront différents selon les professions.

Mais qui est l’éducateur spécialisé ?

L’éducateur spécialisé, dit A1, se définit de manière plus théorique avec un axe de travail orienté vers la recherche. Outre les cours de psychologie, de législation, de pédagogie…il effectue des stages en milieu professionnel tout au long de sa formation. L’éducateur est un travailleur social qui a pour objectif de développer un projet pour aider une personne ou un groupe. Il peut donc proposer des activités créatives, culturelles, sportives, d’insertion sociale… Il est également un lien privilégié entre les différents mondes : médical, psychologique, social, juridique… Il s’agit d’un bachelier professionnalisant avec possibilités de passerelles vers un master, notamment en sciences de l’éducation.

Et que fait l’agent d’éducation ?

Pour l’agent d’éducation ou éducateur A2-A3, la formation est plus pratique. Elle se dispense au niveau des humanités secondaires inférieures ou supérieures. De plus, toute personne ayant un CESS de type social peut postuler pour un emploi d’éducateur A2.

Si jusque-là, la différence est évidente d’un point de vue théorique, il en est tout autre sur le marché du travail.

Les pistes d’amélioration existent

La particularité de chaque profession est indispensable et doit être reconnue et protégée pour un travail social de qualité.

Pour ce faire, une réflexion telle qu’elle a eu lieu dans les cursus scolaires pourrait se poursuivre dans les milieux professionnels et être relayée via leur représentant au niveau politique. Cela permettrait notamment de dégager un profil de fonction correspondant aux tâches et responsabilités exigées. Dans ce cadre, un débat peut également être ouvert sur les moyens financiers à apporter à chaque réalité institutionnelle.

L’objectif final étant la reconnaissance de l’exigence des qualifications du métier d’éducateur spécialisé.

I.I., Assistante sociale

[A lire] :
- Éducateur : un métier aux mille et une facettes
- L’intervention socio-éducative se diversifie de plus en plus
- Educateurs, combien êtes-vous payés ?



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus