Devenir puéricultrice, mode d'emploi

Devenir puéricultrice, mode d'emploi

Pour devenir puéricultrice, il faut suivre un enseignement secondaire professionnel et obtenir un Certificat de Qualification ainsi que le Certificat d’Enseignement Secondaire Supérieure. Une évolution est aussi possible grâce aux formations complémentaires et aux différentes passerelles.

La question de l’accueil des petits enfants est aujourd’hui primordiale et a fait l’objet d’un Plan de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour augmenter le nombre de places disponibles. Le métier de puéricultrice est donc plus que jamais important puisqu’il permet de prendre en charge des enfants jusqu’à l’âge de 6 ans et demande de s’occuper à la fois de leur hygiène, leur santé, mais aussi de leur éveil et de leur bien-être. Explications sur la formation nécessaire pour devenir puéricultrice.

Une formation secondaire professionnelle

Pour devenir puéricultrice, il faut effectuer une scolarité secondaire professionnelle dès la 5ème. En 6ème, les étudiants doivent obtenir le certificat d’études de 6ème année professionnelle (CE6P) puis se lancer dans une 7ème à l’issue de laquelle ils recevront le Certificat d’Enseignement Secondaire Supérieur (CESS) et le Certificat de Qualification, qui leur permet d’exercer officiellement leur métier. Lors de ces 3 années de formation professionnelle, les étudiants doivent suivre des cours de formation commune comme le français, les sciences humaines ou les sciences et technologies, mais aussi des cours liés à leur option : déontologie, nutrition et diététique ou encore soins d’hygiène et psychopédagogie. Ils doivent aussi justifier d’au moins 1.000 heures de stage à l’issue des 3 ans afin d’être bien en phase avec la réalité du contexte professionnel.

[A lire] : L’ONE, une organisation aux 1000 facettes

Les compétences développées

Lors de la formation, les étudiants doivent apprendre à maîtriser de nombreuses compétences :
- accompagner l’enfant avec des activités ludiques et artistiques ;
- repérer les premiers signes de maladie, d’accident et assurer les premiers soins d’urgence ;
- administrer un médicament par voie orale, rectale ou via l’aérosol ;
- donner les repas, assurer l’hygiène de l’enfant et le mettre au lit ;
- s’adapter aux enfants avec des besoins particuliers (enfants malades, maltraités ou handicapés par exemple) ;
- dépister les cas de maltraitance et les problèmes de développement...

Ainsi, la 5ème année met l’accent sur l’observation, la 6ème année tend à développer l’analyse et la 7ème année tente d’ajouter à cela les capacités d’adaptation.

[A lire] : L’accueil de la petite enfance, freiné par une politique trop rigide ?

Débouchés

Le métier de puéricultrice s’exerce dans diverses structures comme les crèches, classiques ou itinérantes, les classes maternelles et de l’enseignement spécialisé, les maternités et les services de pédiatrie, mais aussi dans le secteur des services aux familles à domicile ou dans les milieux spécifiques qui assurent un service de résidence. Le travail s’effectue donc souvent en collaboration avec des équipes médicales, paramédicales ou éducatives. Le salaire d’une puéricultrice est en moyenne de 2100€ brut par mois. En crèche, le barème des salaires se fait souvent en fonction du diplôme demandé et non pas du diplôme réel de la personne.

[A lire] : Appel à une reforme du secteur de la petite enfance en Wallonie

Passerelles et évolution professionnelle

Pour les étudiants détenteurs d’un diplôme de puériculture, il est possible de se rediriger vers de nombreuses passerelles. En effet, en tant que titulaire du CESS, ils peuvent s’orienter vers l’enseignement supérieur de type court.

Pour les professionnels, une évolution est possible en devenant par exemple directeur de maison d’enfants. Le poste demande de gérer les ressources humaines, de veiller à la bonne communication de l’équipe, mais aussi de communiquer avec les pouvoirs publics et les différents organismes. Pour devenir directeur de maison d’enfants, il faut suivre une formation continue complémentaire de 50h minimum, qui débute lors de la première année de fonction et peut être répartie sur 3 ans. Une formation est aussi possible en alternance auprès de l’Institut wallon de formation en alternance des indépendants et petites et moyennes entreprises (IFAPME) ou du Service de formation des petites et moyennes entreprises (SFPME). Celle-ci dure 1 an et dispense des cours de comptabilité, de droit et législation sociale ou encore de gestion de l’alimentation.

Source : Le Siep



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus