Soins de santé : échec des négociations entre employeurs et syndicats

Soins de santé: échec des négociations entre employeurs et syndicats

Ce lundi 13 janvier, représentants syndicaux et employeurs se sont réunis durant toute la journée pour tenter dans trouver un terrain d’entente concernant l’accord du secteur des soins de santé signé avec le gouvernement fédéral en octobre 2017. Malheureusement, après 12 heures de discussion, aucun consensus n’a été trouvé et donc aucune convention collective n’a été élaborée. Face à cet échec, la CNE annonce qu’elle va passer à l’action !

[DOSSIER]
- Les blouses blanches menacent à nouveau de faire grève !
- Grève des Blouses Blanches : le cri de détresse des professionnels

Un accord social signé avec le gouvernement fédéral en octobre 2017 devait depuis faire l’objet de conventions collectives pour rendre effectifs les avantages prévus pour les 150000 travailleurs du secteur. Le 24 octobre passé, une journée de grève nationale avait semblé débloquer la situation. D’autant qu’avec le Fonds Blouses Blanches, au moins 100 Millions € seront injectés dans les hôpitaux privés en 2020. Depuis, la désillusion plane, dans le rang du syndicat CNE.

« De retard en absence de mandat, les employeurs ont postposé les négociations au-delà du délai convenu (31 décembre). Un dernier délai était fixé au lundi 13… ce qui aurait permis la signature des conventions le 27 janvier », rappelle Yves Hellendorff secrétaire national Non marchand. Et de déplorer : « Lors de la séance de négociation de ce lundi (plus de 12H de réunion), il est apparu clairement que les fédérations patronales restent dans une logique de win-win. Tout ce qu’elles concèdent doit être compensé. »

Selon lui, au cours de la journée, certaines concessions avaient pourtant été faites. On aurait pu penser qu’un accord était possible. Certaines conventions auraient pu faire l’objet d’un accord. « Mais sur d’autres, manifestement, la position dogmatique des employeurs n’a pas permis d’aller jusqu’à un pré-accord à présenter aux instances respectives. »

A ces instances maintenant d’analyser la situation et de prendre des initiatives. Sur cette base, la reprise des actions semble inévitable. Le front commun se concertera dans les prochaines heures.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus