La réintégration professionnelle, un projet avec les ergothérapeutes !

La réintégration professionnelle, un projet avec les ergothérapeutes !

Les ergothérapeutes font récemment partie des projets mis en place par le gouvernement dans la problématique de réintégration professionnelle. L’enjeu est colossal et tout un travail de fond est réalisé au sein de l’INAMI et entre professionnels.

Les malades de longues durées n’ont jamais été aussi nombreux et augmentent d’années en années. Les chiffres sont difficiles à donnés car ils changent tout le temps et ont de multiples variables (périodes analysées, zones évaluées, départs à la pension, jeunes travailleurs…) et c’est est un gros challenge d’essayer de comprendre cette tendance et d’y apporter des solutions. Depuis début 2017, plusieurs réformes et projets ont vu le jour pour tenter d’amortir ce phénomène et l’un d’eux inclut les ergothérapeutes. Un projet à long terme au sein de l’INAMI, difficile à mener car le terrain est vierge et les profils de fonction sont à préciser. Focus sur ce projet.

Les phases de lancement

Début 2017, un recrutement d’ergothérapeutes pour la Région wallonne s’est effectué par l’union professionnelle des ergothérapeutes (UPE). Un recrutement dans le but de disposer d’une base de professionnels formés à un outil d’évaluation (IMBA) pour la réintégration professionnelle. Plusieurs ergothérapeutes sélectionnés ont donc participé à deux journées de formations au sein d’écoles partenaires du projet.

Ces ergothérapeutes devaient répondre à un certain profil : être indépendant total ou complémentaire, avoir de l’expérience et du temps disponible, et enfin être disposé à couvrir toute une province en fonction des futurs besoins.

Une cellule de travail créée en première ligne

Fin 2017, un ergothérapeute est donc engagé par l’INAMI afin de collaborer avec un service de réinsertion professionnelle et pour répondre aux besoins, sous la tutelle du médecin conseiller générale de la direction médicale.

Ce poste consiste de manière générale à analyser les dossiers d’ « incapacités de travail », à interroger les assurés, à développer des outils d’évaluation et de remise au travail, à s’engager activement dans les activités du Centre d’expertise en matière d’incapacité de travail et à participer au développement de la certification Disability Management.

Un suivi en deuxième ligne

Parallèlement à cela, un groupe de travail ayant suivi la formation de base s’est créé de manière proactive et volontaire. Des réunions sont organisées et un travail de fond est réalisé par quelques ergothérapeutes fortement impliqués dans cette problématique. Le but de ces réunions étant de définir les actes et d’établir des protocoles clairs, ainsi que de solliciter une mobilisation commune avec les autres professionnels du domaine (médecin-conseil, psychologues, ergonomes, conseiller en prévention…).

Ce travail est soutenu par l’UPE et les choses avancent doucement. C’est un projet de grande envergure et à long terme, l’ergothérapeute a toute sa place dans cette dynamique de remise au travail et nous pensons que l’avenir nous donnera du crédit. Qui de mieux placé pour évaluer les aptitudes au travail d’une personne en situation de handicap ou d’incapacité ?

F.M., ergothérapeute

- Le jeu vidéo comme outil thérapeutique, que faut-il en penser ?
- La psychomotricité, bientôt remplacée par l’ergothérapie ?
- Ergothérapeute indépendant, un métier passionnant !



Commentaires - 1 message
  • Bonjour,
    engagée depuis peu en ETA, je m'intéresse vivement au sujet.
    Pourriez-vous me dire où est votre projet?

    merci

    antonina86 mercredi 17 juillet 2019 11:34

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus