Mémoires/TFE

Ces bandes de jeunes qui font peur

Mythe ou réalité


Ces bandes de jeunes qui font peur
Mythe ou Réalité?

C’est à cette grande question que j’ai essayé de répondre du mieux possible durant ce travail. Toutefois, le phénomène de bandes de jeunes est un sujet plus vaste qu’il n’y paraît. J’ai vraiment rencontré des difficultés à me centrer sur la question principale de ce mémoire. Lorsque j’ai rencontré Monsieur Kellens pour la première fois, mes interpellations allaient tous azimuts :

 Qui sont ces jeunes ?
 Pourquoi se regroupent-ils en bande ?
 Que font-ils en bande ?
 Posent-ils des actes délictueux et si oui, lesquels ?
 Rencontre-t-on en Belgique des bandes organisées, voire même des gangs comme dans les cités françaises ou certains quartiers américains ?
 Quelle est l’ampleur du phénomène ?
 Quelles sont les répercussions au niveau familial, scolaire, de la vie du quartier ou de la cité, de la sociabilité de ces jeunes, … ?
 Existe-t-il des facteurs de risque ? Et au niveau de la résilience ?
 La Belgique use-t-elle de méthodes préventives à la délinquance des jeunes en groupe ou se situe-t-elle dans une optique purement répressive ?
 …


La délinquance juvénile apparaît depuis quelques années comme un véritable problème de société. Elle occupe une place privilégiée dans les débats politiques, les médias, les colloques et même dans les discours de tout chacun qui est, de près ou de loin, confronté au phénomène. Les jeunes sont souvent désignés comme les principaux responsables de l’insécurité.

C’est ainsi qu’un reportage télévisé est à l’origine de ce choix de sujet. Il s’agissait d’un journaliste qui, caméra à l’épaule, accompagnait la BAC française lors de ses interventions dans les quartiers chauds de la banlieue parisienne. La violence des jeunes, leur langage, leur délinquance, leur non-respect, la force du groupe, … m’ont fortement interpellé. C’est ainsi que le thème de ce travail de fin d’études est né.

Mon idée de base a été d’essayer de confronter littérature et terrain. Je voulais savoir si les théories des grands auteurs (Criminologues, Psychologues, Sociologues ou autres) pouvaient trouver une application en Belgique.

C’est dans ce but que, je comptais me rendre dans les villes sensibles de notre pays, telles Bruxelles, Anvers, Charleroi, … Cependant, je me suis limitée à la ville de Liège où j’ai eu l’opportunité de m’investir dans un projet de prise en charge de la délinquance des jeunes en bande. Cette orientation m’a également permis de rencontrer les jeunes (ce que je désirais plus que tout).

Ainsi s’est dessiné plus concrètement le plan de ce mémoire. Il est scindé en deux grandes parties. Une partie purement théorique dont l’objectif est, uniquement, de faire le point sur les grands courants en matière de délinquance des jeunes en groupe. Ensuite, grâce à une partie de terrain, pouvoir prendre conscience du phénomène dans notre région. Enfin, la conclusion nous permet de confronter les théories ainsi exposées aux constatations réalisées dans certains quartiers liégeois.

Nous nous sommes tout d’abord attachés à retracer l’évolution du phénomène des bandes de jeunes. De même, nous nous sommes demandés si nous ne vivions pas, peu à peu, la transition entre bandes inorganisées et gangs. Connaîtrions-nous, dans certains pays, une dérive à l’américaine ?

Ensuite, nous avons cherché une définition de la bande de jeunes qui pourrait accorder tous les chercheurs et scientifiques. Cependant, le concept même de bande ne pouvant être compris ni accepté par tous de la même manière, nous nous sommes dirigés vers une présentation typologique du phénomène. Nous avons ainsi pu établir la différence entre le groupe et la bande à proprement parler. Enfin, nous avons jugé intéressant de s’arrêter un court instant sur le fonctionnement de la bande. Quel est le cycle de participation de chacun à la bande ? Quelles sont les interactions avec l’extérieur ? Existent-ils des modes d’entrée et d’intégration à la bande ?

Dans un second temps, nous nous sommes basés sur l’hypothèse suivante : dans quelle mesure les théories et recherches existants actuellement sont-elles en relation avec le phénomène des bandes de jeunes de notre région ?


Auteur

Ingrid Mathieu

Email :
Etudes : Faculté de Droit
Etablissement : Université de Liège - Ecole Liégeoise de Criminologie Jean Constant
115p.

Thème : Justice & droit
(enregistrement le 09/06/04)

« Retour

Publier une annonce

Pour présenter votre mémoire sur guidesocial.be, suivez le lien suivant :

publier une annonce

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus