Mémoires/TFE

Homoparentalité : la fonction paternelle dans la dynamique familiale lesbienne


La thématique traitée dans le cadre de ce travail de recherche est la suivante : « la fonction paternelle dans la dynamique familiale lesbienne ». Notre intérêt par rapport à ce sujet est double : d’une part, la notion de fonction paternelle, envisagée sous un angle psychanalytique, est essentielle à la structuration psychique de l’enfant en devenir. D’autre part, l’émergence de familles homoparentales dans notre société occidentale contemporaine constitue une source de questionnements considérables. Dès lors, nous avons voulu en savoir davantage sur son fonctionnement, et plus particulièrement sur l’exercice de la fonction paternelle dans une telle configuration familiale.
La littérature parcourue nous a permis de constater une évolution de ce concept tout au long du siècle dernier : de Freud jusqu’à aujourd’hui, la « fonction dite paternelle » n’est plus nécessairement rattachée au père de la réalité et les psychanalystes actuels insistent davantage sur la présence d’un tiers, de l’élaboration de la triangulation au sein de la dynamique familiale. Afin de vérifier si la triangulation s’effectue également dans une configuration homosexuelle, nous nous sommes questionnée sur les rôles parentaux, et plus précisément sur la distribution de ceux-ci par rapport à l’enfant : si les rôles sont différents vis-à-vis de l’enfant, un phénomène de triangulation pourra être observé. Dès lors, notre question de recherche est la suivante : « comment les rôles parentaux se distribuent-ils au sein de la dynamique familiale lesbienne ? ». En découle trois hypothèses supposant que nous allons retrouver le même schéma que dans la famille nucléaire traditionnelle ; que la mère biologique endosse le rôle maternel ; la mère sociale, le rôle paternel.
Afin de répondre à notre question et vérifier nos hypothèses, nous sommes allée à la rencontre de couples de femmes homosexuelles ayant un ou plusieurs enfant(s) né(s) par insémination artificielle avec donneur inconnu. Les analyses de cas effectuées ne nous ont pas permis d’observer aussi clairement ce que présupposaient nos hypothèses de départ. Néanmoins, une différenciation des rôles a pu être observée et nous avons par conséquent pu réaliser l’hypothèse d’une ouverture à la triangulation au sein de chaque dynamique familiale analysée. Enfin précisons que, étant une étude qualitative, nous ne pouvons bien évidemment pas nous permettre de tirer des conclusions solides et de généraliser au reste de la population étudiée. Ce qui a été observé et analysé concernent exclusivement les couples concernés.


Auteur

Moget Emilie

Email :
Etudes : Sciences de la famille et de la sexualité
Etablissement : Université Catholique de Louvain
2008, 105p.

Thème : Famille
(enregistrement le 13/11/08)

« Retour

Publier une annonce

Pour présenter votre mémoire sur guidesocial.be, suivez le lien suivant :

publier une annonce

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus