Les Aidants Proches gagnent à être (re)connus

Les Aidants Proches gagnent à être (re)connus

Encore peu connus, les aidants proches accomplissent un travail de l’ombre, au quotidien, pas toujours facile ou gratifiant.

Cette semaine, c’est la semaine des aidants proches. Ces derniers, peu connus et pourtant indispensables à la personne dont ils s’occupent, souffrent d’un manque de reconnaissance légale, mais aussi sociale. Le secteur commence cependant à prendre conscience de la plus-value de ces personnes et des mesures concrètes se mettent en place. Récapitulatif de leur profil et des initiatives qui existent pour les soutenir.

- Autisme : où en est-on ?
- Les jeunes aidants proches : ils existent !

La semaine des aidants-proches

Cette année, la semaine des aidants-proches se déroule du 3 au 9 octobre et plus de 70 activités sont proposées sur tout le territoire de la Wallonie. Des conférences, des groupes de paroles de la maladie d’Alzheimer, des ciné-débats ou encore des ballades et des visites de centres prendront place pour les aidants.

Les aidants proches : qui sont-ils ?

Pour l’ASBL Aidants Proches, qui a ouvert une nouvelle antenne à Bruxelles en juin dernier « Est aidant proche toute personne qui apporte régulièrement son aide à un proche en déficit d’autonomie. Cette aide répond à des besoins particuliers et est accomplie en dehors de celle réalisée dans le cadre d’une rémunération professionnelle ou de volontariat défini par la loi du 3/07/2005 ». Les résultats d’enquête de Santé Publique en Belgique indiquent que 9% de la population (de 15 ans et plus) prodigue au moins une fois par semaine des soins ou de l’aide à un membre de leur famille ou à une personne extérieure. En Région bruxelloise (18%), le pourcentage d’aidants est plus de deux fois supérieur à celui de la Région flamande et wallonne (8%).

Les femmes : des aidants « malgré elles »

Parmi les aidants proches, 70 à 80% sont des femmes. Selon la porte-parole de l’ASBL Aidants Proches, Céline Feuillat, il s’agit d’une des problématiques du secteur. En effet si ces dernières se retrouvent souvent en première ligne, dû aux spécificités de nos sociétés, elles sont également de plus en plus souvent en situation de monoparentalité, ce qui engendre de gros soucis. La Ligue des Familles avait réalisé deux études sur le sujet, dont les résultats mettaient en lumière l’inégalité entre hommes et femmes aidants proches et en faisait également une question clé du débat.

Quid de leur statut ?

Actuellement, les aidants proches n’ont pas encore de statut officiel car les négociations patinent depuis janvier 2016. Alors que la loi de reconnaissance de l’aidant proche, elle, a été publiée au Moniteur le 6 juin 2014. Cependant, la ministre de la Santé, Maggie De Block, souhaite que cela change pour cette année. En plus d’une reconnaissance juridique, la ministre veut une protection sociale, grâce à des mesures structurelles. « Les aidants proches méritent une plus grande reconnaissance, plus de soutien et de protection. Ceci est important pour eux mais aussi pour leur entourage, pour les patients et pour les soins de santé en général », a précisé la ministre.

Plus d’infos sur la semaine des Aidants Proches ici



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.