Vers une nouvelle forme d'inclusion

Vers une nouvelle forme d'inclusion

L’ASBL Elle et les Autres propose des ateliers réunissant enfants à besoins spécifiques et sans besoins spécifiques. Une bulle d’oxygène pour les parents !

La situation des personnes handicapées en Belgique est encore aujourd’hui pointée du doigt. Il existe un manque criant de mesures et les parents d’enfants à besoins spécifiques continuent de se poser la question de la prise en compte de leurs besoins. Pourtant, des associations œuvrent chaque jour pour leur rendre la vie plus facile. L’une d’entre elles, l’ASBL Elle et les Autres, organisait il y a peu un stage pour les enfants à besoins spécifiques. Ce stage permet aux parents de respirer pendant les vacances, surtout quand ces derniers peinent à trouver un lieu d’accueil pendant la période estivale. La particularité de ce rendez-vous pour les enfants de 3 à 9 ans est qu’il intègre aussi des enfants sans besoins spécifiques. De quoi sensibiliser à l’inclusion dès le plus jeune âge.

Un encadrement adapté à chacun

Chaque enfant pris en charge par l’ASBL est accompagné par l’équipe. Le staff connait les profils et adapte donc leurs manières de faire en fonction des particularités de chacun. Les parents, ainsi que l’Institution pour le développement de l’enfant et de la famille (IDEF), aident l’équipe de l’association afin de rendre optimal l’accueil des enfants. L’ASBL est aussi soutenue par le CPAS de Sambreville et le Plan de cohésion sociale de Jemeppe.

Le concept d’inclusion inversée

« Nous proposons également l’inclusion inversée, c’est-à-dire que nous accueillons des enfants sans besoins spécifiques mais dans un objectif de sensibilisation à la différence. Cette année, deux enfants sur les dix-huit participants n’avaient pas de difficultés particulières. Le succès de ce stage prouve à quel point notre projet a du sens et répond à un réel besoin pour les familles concernées » explique à L’Avenir la présidente de l’ASBL , Angélique Colson.

Des bénévoles au services des plus jeunes

Les encadrants ne sont pas des professionnels mais des bénévoles. Le staff, composé à 100% de femmes, établit plusieurs activités et s’occupe des enfants. Le processus de recrutement comporte un entretien de motivation afin de juger la capacité du postulant à s’occuper d’enfants porteurs d’un handicap, mais aussi sa sensibilité. Cette année le staff comportait une institutrice, une assistante sociale, deux éducatrices spécialisées, une logopède, une puéricultrice, une assistante maternelle, et une aide familiale.

La Rédaction

[A Lire]

- Une lueur d’espoir pour l’inclusion scolaire
- KIABI lance une ligne de vêtements adaptés aux enfants handicapés
- Quand le sport se met au service de l’inclusion
- Une "Bulle d’Amour" pour l’inclusion
- Bonne élève en matière d’inclusion, l’UCL veut encore s’améliorer



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.