Les fondatrices de la Ligue Braille mises à l’honneur à Saint-Gilles

Les fondatrices de la Ligue Braille mises à l'honneur à Saint-Gilles

Le 15 octobre 2020, une place de Saint-Gilles jusqu’ici sans appellation prendra le nom d’Élisa Michiels et Lambertine Bonjean, les deux co-fondatrices de la Ligue Braille au XXe siècle. Si souvent les femmes talentueuses sont invisibilisées, cette initiative de la commune participe à un espace public plus inclusif.

Ce nouveau nom est à l’initiative de Catherine Morenville, première échevine de Saint-Gilles. Notamment en charge des espaces publics, de l’égalité des chances et des droits des femmes, elle souhaite faire de la commune un endroit plus représentatif. Le 15 octobre 2020, la place Élisa Michiels et Lambertine Bonjean sera officiellement consacrée. Ce jour correspond également à la journée internationale de la Canne Blanche, de quoi allier inauguration et sensibilisation !

Élisa Michiels et Lambertine Bonjean, fondatrices de la Ligue Braille

En 1920, Élisa Michiels et Lambertine Bonjean fondent la Ligue Braille à Saint-Gilles. Toutes deux aveugles, elles décident de créer une structure pour venir en aide aux personnes malvoyantes et aveugles, préoccupées par le manque de ressources littéraires accessibles.
Avec sa causerie intitulée la Théosophie des aveugles, Élisa Michiels réussit à récolter 350 francs. Cela lui permet d’amorcer les premières transcriptions en braille pour la constitution d’une bibliothèque. Alors masseuse à l’hôpital d’Ixelles, Élisa Michiels préside la structure. Elle se bat pour permettre aux aveugles d’obtenir un travail. Pour elle, l’insertion professionnelle est une bonne solution pour prendre conscience de sa valeur et avoir une meilleure estime de soi.

La ligue braille : la fondation aux multiples accomplissements

Fondée en 1920, la Ligue Braille se constitue en ASBL dès 1922. Dès les années 1930, l’association prend de l’ampleur : elle commence à organiser des ateliers professionnalisants, créée un service social, et obtient les premiers avantages sociaux pour les aveugles de Bruxelles. Déployant très vide des antennes régionales, la Ligue Braille devient une référence pour l’inclusion des aveugles. Aujourd’hui, elle réalise de nombreuses actions, allant de la plateforme “Je lis pour toi” pour l’enregistrement de livres audios, à l’espace “BrailleMedia” qui rend accessible de nombreux films par l’audiodescription.

Moins de 2% des rues portent des noms de femmes

Si cette initiative est d’autant plus notable, c’est qu’encore trop peu de rues portent le nom de femmes en Belgique. À Saint-Gilles, seulement 2% des rues sont nommées après des femmes. Mais ces chiffres se retrouvent dans l’ensemble du pays : à Bruxelles, le rapport est de 3,8% de femmes contre 25,6% d’hommes. Pourtant ce ne sont pas les femmes aux grandes réalisations qui manquent, mais la société favorise cette invisibilisation. En parlant d’Élisa Michiels et de Lambertine Bonjean, la commune de Saint-Gilles tend donc vers plus de représentativité, en incluant aussi des femmes aveugles dans l’espace public.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus