L’importance vitale de l’accessibilité

L'importance vitale de l'accessibilité

En matière d’accessibilité, on ne peut pas dire que la Belgique soit à la pointe. SI certaines initiatives sont mises en place, au niveau quotidien, se déplacer pour une personne en situation de handicap demeure un parcours du combattant. Or, l’accessibilité, c’est vital.

[DOSSIER]

- Tram 9 : Une ligne enfin accessible ?
- Les PMR aussi iront voter !
- PMR : des services de conseil renforcés en Wallonie

La Belgique ne peut malheureusement se targuer d’être bonne élève en matière de législation pour les personnes porteuses d’un handicap. Que ce soit pour l’accessibilité des PMR ou l’accès à des places d’accueil pour les personnes lourdement handicapées, force est de constater que nous avons encore un long chemin à faire. La société a d’ailleurs été condamnée par l’Union européenne. Conséquences ? Minimes, diraient le terrain ; ça avance, rétorquent les politiques. Si l’accessibilité est d’une importance capitale pour les personnes « normales », elle en devient cependant vitale pour les personnes à mobilité réduite. Plusieurs associations militent d’ailleurs, sans relâche. Alors, les choses bougent-elles vraiment ?

Le CAWaB, collectif militant

Pour donner voix aux revendications des premiers concernés, les personnes à mobilité réduite (PMR), le collectif CAWaB (Collectif Accessibilité Wallonie-Bruxelles), milite depuis de nombreuses années. Comme l’explique son directeur, Mathieu Angelo, au journal Le Soir, « l’accessibilité est indispensable pour 15 % de la population, vitale pour 35 % d’entre nous, et confortable pour tous ». Le collectif rassemble plusieurs associations et est actif tant à la capitale qu’en Wallonie. Il œuvre pour la mobilité de « toute personne gênée dans ses mouvements en raison de sa taille, de son état, de son âge, de son handicap permanent ou temporaire ainsi qu’en raison des appareils ou instruments auxquels elle doit recourir pour se déplacer. Plusieurs facteurs peuvent diminuer l’aisance à circuler : le handicap physique, la cécité, la surdité, la déficience intellectuelle, la grossesse, l’accident, les difficultés de compréhension de la langue ou simplement l’encombrement par l’utilisation d’un caddie, d’un landau, de colis, de bagage. »

- [A lire] : De belles initiatives pour les PMR

Quid du logement ?

Si l’accessibilité passe par les transports, elle se décline également dans les logements, qui doivent être fait presque sur mesure, en fonction des besoins de la personne. A ce niveau, le CAWaB reconnait, pour Le Soir que « La Région wallonne a voté en mai 2017 un plan qui prévoit une liste de vingt-huit actions. Parmi les plus emblématiques, on citera le soutien au développement du logement adaptable, le renforcement de l’accessibilité au réseau TEC, l’imposition d’une charte accessibilité pour les événements ouverts au public ou encore la formation des fonctionnaires à l’accueil des personnes à mobilité réduite. Le problème, c’est que ce plan n’implique aucune obligation, aucun contrôle, aucune sanction. Mais néanmoins, on constate que cela bouge sur le terrain. » En pratique, cependant, la construction de logements adaptables demande… des adaptations. A commencer par la formation des architectes, entre autres. En effet, ceux-ci, à l’heure actuelle, ne sont toujours pas formés à ce type de construction. Le sujet avait d’ailleurs fait l’objet d’une interrogation en commission parlementaire par la députée Clothilde Leal-Lopez en 2017.

Mathieu Angleo précise « Nous avons lancé un guide d’aide à la conception d’un bâtiment accessible, mais cela implique une formation des architectes. L’accessibilité doit devenir une compétence, au même titre que l’environnement. Même dans les communes, il faudrait un conseiller en accessibilité. En attendant, nous avons participé à la mise en place du label Access-i qui procure de l’information sur l’accessibilité des bâtiments, des musées, des festivals et des événements. »

- [A lire] : Manque de logements adaptés aux PMR en Région bruxelloise

Handicity, quand l’accessibilité devient un atout

Récemment, plusieurs communes affichent fièrement leur label « Handicity ». Ces labels, remis par l’ASPH (Assosication Socialiste de la Personne Handicapée) récompensent les communes mettant en place des initiatives concrètes sur leur territoire pour se rendre plus accessibles aux personnes à mobilité réduite. Pour prétendre au précieux Sésame, plusieurs étapes doivent être franchies : la signature de la « Charte communale d’intégration de la personne handicapée ». En milieu de mandat (le label étant attribué au bout de 6 ans), les communes sont invitées à faire un premier bilan de leurs réalisations et à se porter candidate pour le label. Puis, les communes reçoivent le label.

Comme l’explique Manon Cools, chargée de presse de l’Association, au journal Le Soir « L’ASPH milite pour que les communes intègrent une dimension « handicap » dans la réflexion et la construction des projets communaux qui concernent l’ensemble de la population tout en respectant leurs réalités de terrain. Cela ne prend pas toujours la forme d’un investissement financier ou de gros travaux, comme en témoignent des mesures telles que l’enregistrement d’audiolivres et/ou l’achat de livres en grands caractères par les bibliothèques communales, la prise en compte du handicap dans l’organisation d’activités sportives, la proposition de l’apprentissage de la langue des signes pour l’accueil des personnes sourdes. »

- [A lire] : Un kit d’accessibilité pour faciliter la mobilité des PMR de Liège

Chaque région impliquée

En fonction du territoire, les initiatives pour les PMR varient. Ainsi, si la Région bruxelloise vise à rendre la capitale la plus accessible, notamment grâce à un guide, la Région wallonne se concentre aussi sur les activités culturelles, tels que les festivals. Les choses bougeraient-elles donc vraiment ces derniers temps ? On est en droit de le penser… Une excellente nouvelle pour les principaux intéressés.

Lire la totalité de l’article sur Le Soir



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus