"Le Journal de Marie", contre les violences conjugales, relancé

La campagne de sensibilisation relative à la lutte contre les violences conjugales, baptisée "Le Journal de Marie - Rien ne justifie la violence conjugale !" vient d’être relancée par la FWB, la Wallonie et la Commission communautaire française (Cocof).

Depuis l’adoption du plan intra-francophone 2015-2019 de lutte contre les violences sexistes et intrafamiliales l’an passé, les initiatives dans le domaine se multiplient. Après les campagnes antérieures Fred et Marie, c’est maintenant au tour de la campagne Le Journal de Marie d’être renouvelée. l’objectif : sensibiliser le grand public à cette problématique et favoriser une meilleure prise en charge en encourageant les victimes à se faire aider. Cette initiative s’échelonne, pour la première fois, tout au long de l’année, pour encourager les personnes victimes de violences à sortir davantage du silence et les orienter vers des services spécialisés.

Endiguer le phénomène

En Belgique, 1 femme sur 3 a déjà subi des violences physiques et/ou sexuelles. Et le nombre de victimes ne faiblit pas. En lançant une telle campagne, les ministres des entités fédérées francophones, dont Céline Frémault, ministre de l’Action Sociale et de l’aide aux personnes à la Cocof et Maxime Prévot, ministre de l’Action Sociale et de la Santé en Wallonie, ont souhaité unir leurs voix pour endiguer le phénomène des violences conjugales. L’objectif est de les combattre à travers des mesures préventives de sensibilisation et de soutien aux victimes, mais également par des actions répressives à l’encontre des auteurs.

Dispositifs de campagne

"Cette campagne de sensibilisation poursuit des objectifs multiples : promouvoir la ligne d’écoute gratuite violence conjugale auprès du grand public, encourager les victimes à signaler les violences qu’elles subissent, mais aussi sensibiliser le plus grand nombre aux signes et dangers de la violence conjugale", précise Céline Fremault. Pour ce faire, en plus du numéro gratuit disponible depuis plusieurs années, différents supports de communication sont d’ores et déjà diffusés. Des spots audio-visuels mettant en scène une victime, Marie, sont retransmis à la radio et à la télévision. Sur le site internet de la campagne, des informations relatives aux mécanismes de prise en charge des victimes sont disponibles. En ce qui concerne les supports concrets, 10.000 affiches, 80.000 badges et 12.000 cartes de visite ont été créés pour l’occasion et seront distribués dans le courant de cette semaine au grand public et aux professionnels.

Projets en cours

Le lancement de cette campagne a permis aux ministres d’évoquer les futurs projets prévus dans le domaine. Au niveau de la Cocof, par exemple, un subside récurrent de 35.000 euros sera alloué dès 2017 à la création et au fonctionnement d’un partenariat réunissant les associations spécialisées en matière de violence conjugale et intrafamiliale à Bruxelles. En FWB, un budget a également été dégagé pour lutter contre les violences. La Wallonie, quant à elle, apportera son soutien à la réalisation d’une toute première étude sur le sexisme en Belgique.

- En Wallonie un décret sur les services ambulatoires qui accompagnent les victimes et les auteurs de violences conjugales et fondées sur le genre, a aussi été approuvé, en 2e lecture, le 26 octobre 2017, par le Gouvernement wallon et présenté au secteur, le 13 novembre dernier. Ce décret, outre la reconnaissance du travail des services, contribuera à pérenniser et augmenter leurs moyens.
- En Fédération Wallonie-Bruxelles, afin de former les intervenants de première ligne, professionnels ou futurs professionnels dans les filières paramédicales, sciences humaines et sociales par exemple, à mieux identifier et à orienter les victimes de violences de manière adéquate, 4 modules de cours spécifiques liés aux violences seront disponibles au plus tard le 1er janvier 2018 dans 6 « écoles pilotes » de l’Enseignement de promotion sociale
- Au niveau de la Cocof, Céline Frémault a mis en œuvre un dispositif complet visant à la prise en charge urgente physique et psychosociale des victimes de violences conjugales et intrafamiliales jusqu’à leur mise à l’abri complète dans un nouveau logement. Ainsi, outre la mise en place dès 2016 d’un quota de 3 % de logements sociaux à destination des victimes sortant de maisons d’accueil, la Ministre a agréé en 2017 une toute nouvelle structure destinée aux victimes de violences conjugales et à leurs enfants, qui permet d’accueillir 25 personnes. Il s’agit d’un refuge secret agréé en COCOF avec un financement aux alentours de 450 000 euros par an. Par ailleurs, il est également prévu d’ouvrir en 2018 une nouvelle maison d’accueil pour les familles monoparentales avec trente nouvelles places. Enfin, la Ministre finance, à hauteur de 10 000 euros par an depuis 2017, un réseau d’associations sur le modèle du Pôle de ressources spécialisées en cette matière et existant en Wallonie. Dans ce cadre, ont été organisées en 2017, 6 journées de formation à destination de 30 travailleuses et travailleurs du Centre de Prévention des violences Conjugales et Familiales et de La Maison Rue Verte

Pour plus d’informations sur la campagne : www.journaldemarie.be



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.