Chronique d'un psy : "Soignants, consultez ! C'est gratuit !"

Chronique d'un psy:

Confiné derrière l’écran de ses vidéo-consultations, T. Persons ressuscite les chroniques d’un psy, avec un constat criant : rien ne vaut un bon coup de publicité.

Cette semaine, alors que l’humanité commence tout doucement à faire le deuil de la double, voire de la triple bise, je me suis étonné de l’intérêt que suscitent les soignants auprès du monde entier.

En effet, on ne parle plus que d’eux. Ils sont omniprésents, adulés, applaudis. Ils ne payent plus rien. Si les bars étaient ouverts, ils se saouleraient jusqu’à pas d’heure sans mettre la main au portefeuille. Ils sont nos nouvelles rock-stars, mises en lumière, non pas pour ce qu’ils font et qu’ils ont toujours fait depuis qu’ils exercent, - ça, on s’en fout - , mais portés par la foule, à un mètre cinquante de distance réglementaire, pour ce qu’ils représentent : des héros. Certes, des héros qui meurent au travail et qu’on exclut de leur domicile, mais après tout, les Dieux, ça vit dans les nuages, dans l’Olympe ou à Asgard, pas dans une colocation à Bruxelles, pardi !

Donc, finie la Eva Longoria plantureuse qui vante les mérites d’une teinture pour cheveux hors de prix tout en envoyant valdinguer sa splendide chevelure brune et dorée d’un mouvement subtil de la nuque, qui, lorsqu’on le reproduit chez soi, n’offre rien d’autre qu’un misérable torticolis. Dorénavant, nous aurons droit à une Gisèle, aide-soignante, qui, regardant timidement la caméra, mal à l’aise, prononcera avec un léger accent belge : « Boréal, le shampoing des héros ».

Je me rappelle d’un souvenir de formation où un psychologue étalait fièrement son antique PowerPoint dans lequel il avait réussi à incruster l’idéogramme japonais de la crise, tout en disant qu’il s’agissait d’un danger et d’une opportunité… Force est de constater que certains acteurs du commerce et de la publicité y ont clairement vu une occasion à saisir… Que l’on soit bien clairs, je ne suis pas en train de mettre tout le monde dans le même sac, et de multiples actions sont certainement mues par un désir de citoyenneté pur ou de solidarité. Néanmoins, je ne peux m’empêcher de me demander, si le chiromancien qui propose ses services gratuitement aux médecins et infirmiers est complètement honnête ou si cet élan de générosité qui le pousse au don de soi n’est pas calculé en vue de bénéficier d’un article avec sa tête, son logo et ses coordonnées dans un journal national ?

"C’est beau, mais c’est frustrant..."

Et au niveau de la santé mentale, ça donne quoi ? Ah… De nombreuses initiatives ont fleuri… De très belles, de très nobles. D’autres, qui indubitablement, sont assez contestables. D’une part, il y a la volonté d’être utile et de combler un trou laissé vacant par un gouvernement tout content de voir des initiatives citoyennes naître spontanément. On y propose souvent des consultations gratuites pour les soignants, les entretiens étant menés par des psychologues bénévoles. C’est beau, mais c’est frustrant… Pourquoi ? Parce que tout travail mérite salaire et qu’il serait temps que nos élus politiques rendent accessibles les soins psychologiques à tout le monde – y compris les soignants -, en les remboursant, notamment…

Puis, d’autre part, il y a des initiatives, données par des « intervenants » qui offrent gratuitement leurs services aux soignants. C’est dégoulinant, c’est complètement déconnecté de toute réalité et surtout, parfois, c’est dangereux … N’en déplaise aux bonimenteurs qui vous proposent d’aller au bout de vos rêves, aux love gourous, aux business coach certifiés en tout et n’importe quoi et autres plombiers de l’esprit sacré, mais l’idée de voir leur publicité prospérer dans les médias est – en plus d’être illégale – complètement insupportable à mes yeux de psychologue clinicien.

En conclusion, je comprends la plupart des démarches des acteurs de la santé mentale qui, portés par un élan de solidarité veulent apporter leur pierre à l’édifice. C’est louable et d’autant plus justifiable quand notre gouvernement s’en lave les mains… Dans ce contexte, amis soignants, il est important de faire la part des choses, sans oublier l’adage fort pertinent qui dit que souvent, si c’est gratuit, ce que vous êtes le produit.

T. Persons

[Sur le même sujet] :
- Covid-19 et personnes âgées : une crise annoncée
- Covid-19 : le paradoxe des psys en période de crise
- Chronique d’un psy : "Je ferme mon cabinet pour le bien de la collectivité"
- Chronique d’un psy : "La vidéo-consultation en thérapie"
- Au moins 600 volontaires pour former la réserve médicale à Bruxelles
- Covid-19 : plus de 2.500 kinésithérapeutes se portent volontaires



Commentaires - 1 message
  • Bonjour pouvez vous me dire sil y a des facilites dacces ou raccourcis de formation d aide soignantr rn etant educatricea1 merci mon fb est grief loss merci

    Pattipaprika jeudi 30 avril 2020 12:07

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus